Avoir un bon niveau d’éducation aurait un impact positif sur la jeunesse de notre cerveau. Selon des chercheurs autrichiens, l’éducation protège en effet du déclin cognitif souvent lié au vieillissement cérébral.

Les scientifiques ont étudié les effets sur le cerveau de l’allongement de la scolarité obligatoire, décidé par plusieurs pays européens dans les années 50 et 60, en analysant les données issues de personnes d’une soixantaine d’années. Et ont mis en évidence l’impact positif de l’éducation sur la mémoire. « Une année d’études augmente le score de mémoire, environ quatre décennies plus tard, d’environ 0,2, ce qui correspond à 10 % d’un écart-type », expliquent les chercheurs.

Et ce n’est pas le seul bénéfice d’une éducation plus longue. « Nous trouvons en outre les preuves de l’effet protecteur de la scolarité contre le déclin cognitif, en termes d’aisance verbale », ajoutent-ils.

Les travaux des chercheurs ont été publiés en février dans la revue scientifique Demography.