23,09 % des enseignants du primaire sont satisfaits des résultats des mutations nationales 2014 premier degré, signalait hier le SE-Unsa. Si ce taux est légèrement plus élevé que l’année dernière (où il n’atteignait que 21,29 %), il reste tout de même « le 2ème le plus bas jamais connu », soulignait le syndicat.

43 % des demandes pour rapprochement de conjoints satisfaites

Le SE-Unsa explique ce léger mieux par « la fin de la rigueur budgétaire qui, en supprimant des postes, réduisait les capacités d’accueil dans les départements ». Davantage de demandes de mutations pour rapprochement de conjoints ont ainsi été satisfaites, s’est réjoui le syndicat : 43 % des participants ont obtenu un changement de département cette année, contre 39 % en 2013. Et pour le rapprochement de conjoints à partir de 4 ans de séparation, ce taux atteint 73 %, contre 67 % en 2013.

Un taux qui reste faible

Mais certaines situations difficiles ne sont toujours pas réglées, souligne le syndicat. « Plus de 160 collègues en situation de rapprochement de conjoint avec 4 ans de séparation n’ont pas obtenu satisfaction », et « 6 collègues en situation de handicap ayant eu une bonification de 800 points n’ont pas obtenu de mutation », déplore le syndicat. Il invite donc « les candidats non-satisfaits à demander des exeat – ineat » avec l’aide des sections départementales.