Baccalauréat : les smartphones doivent-ils être interdits pour les membres du jury ?

S'estimant victime d'une injustice lors du baccalauréat, un élève a écrit à Vincent Peillon et Stéphane Le Foll pour demander l'interdiction des téléphones portables pour les membres du jury durant les examens.

Si les smartphones des élèves sont depuis quelques temps bannis des salles d’examen pour éviter toute tentative de triche, l’interdiction doit-elle être étendue aux téléphones des examinateurs ? C’est ce que réclame un Drômois de 19 ans, Manuel Chatain, dans une lettre adressée mi-février aux ministres de l’Education nationale Vincent Peillon et de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

De fausses informations sur Internet

Le jeune homme estime en effet avoir été victime d’une injustice lors d’une épreuve orale du bac agricole 2013. L’un des examinateurs « a utilisé son téléphone pour vérifier un de mes propos et me contredire », explique Manuel Chatain, cité par le Monde. « Or, il s’avère que l’information qu’il a trouvée sur Internet était erronée ! » Il conteste donc la réponse du jury.

Le jeune homme dit avoir été « déstabilisé par cette confrontation ». « Cela m’a valu en partie la note de 8/20 », estime-t-il. Une note bien inférieure à celle obtenue lors de l’épreuve du bac blanc.

L’utilisation des smartphones « préjudiciable pour les candidats »

Malgré cette note, le jeune homme a obtenu son bac, mais dénonce maintenant auprès des ministres « ce droit révoltant qu’ont les examinateurs d’utiliser leur téléphone portable« , qui peut être « préjudiciable pour les candidats ».

Dans les textes, il est simplement indiqué que le jury doit adopter un comportement « susceptible de mettre le candidat en confiance ». Le ministère de l’Agriculture, qui estime qu’il n’y a pas à revenir sur ce dossier, n’a pas jugé nécessaire « d’apporter des précisions ».

Partagez l'article

Google

1 commentaire sur "Baccalauréat : les smartphones doivent-ils être interdits pour les membres du jury ?"

  1. Zumbi  11 mars 2014 à 0 h 17 min

    Je suis stupéfait ! En près de quarante ans d’enseignement, je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse se conduire de la sorte devant un candidat. On éteint son téléphone, de même qu’on ne répond à aucune sollicitation extérieure de quelque nature que ce soit.
    Avant même une question de règlement c’est une question élémentaire de savoir-vivre et de courtoisie, et ensuite une question de dignité pédagogique et de respect de l’élève.
    Cela dit l’argumentation de ce jeune homme n’a pas de sens, et sa plainte est donc infondée : il n’existe nulle part de « droit révoltant d’utiliser le téléphone portable », mais il existe la stupidité et la grossièreté humaine. Par ailleurs, aussi réduit qu’il soit il existe toujours une risque d’erreur humaine, je sais de quoi je parle puisque j’ai été recalé à l’oral du Capes suite à une faute d’interprétation d’un texte par un examinateur, à propos de laquelle j’ai maintenu ma position, que j’ai pu confirmer dés que je suis rentré chez moi en consultant un dictionnaire — mais c’était trop tard. On n’en meurt pas, la preuve, et de toute façon j’ai réussi l’agrégation la même année… 😉Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.