5 % des communes n’étant pas encore revenues la semaine de 4,5 jours sont « dans une posture d’opposition » vis-à-vis d’une mise en place à la rentrée 2014, signale le ministère de l’Education nationale ce lundi. Pour ces communes, « le dialogue se poursuit avec les élus » précise-t-il.

92 % des communes ont élaboré leurs projets

Aujourd’hui, « seules 3 % des communes rencontrent encore des difficultés » dans la mise en place de la réforme à la rentrée 2014, s’est en outre félicité le ministère. Il y a un mois, elles étaient 6 % à être confrontées à « des dif­fi­cul­tés réelles ».

Aujourd’hui, 92 % « des villes déclarent avancer sans difficultés et ont élaboré leurs projets horaires conformément au décret« . Elles ont, pour la « quasi-totalité », « opté pour une organisation du temps scolaire autour du mercredi matin », selon le MEN.

Une contestation toujours vive

Plusieurs maires ont publiquement annoncé il y a quelques temps qu’ils boycotteraient la réforme des rythmes à la rentrée 2014. Deux élus, Christian Schoettl (maire de Janvry) et Pierre Morel-A-l’Huissier (maire de Fournels) ont déposé un recours auprès du Conseil d’Etat pour faire abroger le décret.

Une « manifestation unitaire » contre la réforme, réunissant parents, profs et élus, est prévue à Paris le 15 mars prochain.