Les stages en entreprise de plus de 6 mois vont être « strictement interdits ». La ministre de l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso l’a affirmé ce matin sur i<Télé.

« Au-delà des 6 mois, on est soit en alternance, et c’est un système différent, régi par des règles différentes, soit on est dans un CDD déguisé. D’ailleurs, c’est assez significatif de voir que la plupart des stages, au lieu d’être au premier cycle, par exemple à l’université, 76 % des stages ont lieu à la fin du master. En réalité, ça sert, souvent, de pré-embauche. Il faut que les stages soient intégrés à la formation » a-t-elle expliqué. En effet, pour la ministre, un stage « n’est pas fait pour savoir si un jeune peut être embauché, il y a des CDD pour ça ».

La limitation du stage à 6 mois était déjà prévue dans une loi de 2011, mais était peu respectée car le régime de dérogation permettait de s’y soustraire facilement.

L’augmentation de la rémunération minimum des stagiaires (436 € par mois) ne semble pas d’actualité. Cependant, la ministre de l’Enseignement supérieur souligne que désormais tous les stagiaires toucheront cette indemnisation. « J’ai obtenu un arbitrage favorable pour que les organismes sociaux puissent également rémunérer les stagiaires, ce qui n’est pas le cas actuellement faute de moyens », a-t-elle indiqué, précisant que 436 € était « un minimum » et que les entreprises pouvaient « donner plus ».

La proposition de loi visant à limiter les abus dans les stages en entreprise, déposée par la députée Chaynesse Khirouni, sera examinée demain à l’Assemblée nationale.