La Cour des comptes dresse un bilan sévère de l’activité du Centre national de documentation pédagogique (CNDP), éditeur de contenus destinés aux enseignants, dans son rapport annuel publié ce mardi. Elle dénonce un modèle « obsolète » et des activités « qui apparaissent en décalage croissant par rapport aux besoins du ministère de l’éducation nationale et de ses enseignants ». Pour l’organisation, une réforme est « indispensable ».

Une offre éditoriale « dépassée »

La Cour pointe notamment du doigt la production éditoriale, coeur de l’activité du CNDP. Citant une enquête réalisée en 2010, elle affirme que 46 % des enseignants ne connaissent pas les 11 revues éditées par le CNDP et que « seulement 29 % d’entre eux déclarent les lire ». En outre, « l’offre éditoriale s’est adaptée avec lenteur aux supports numériques de diffusion », puisque « fin 2012, seulement 6 % des productions du réseau sont de nature numérique », indique la Cour.

Est également pointée du doigt l’organisation trop complexe du réseau, qui implique une gestion « coûteuse », et un pilotage « entravé ».

La suppression du réseau évoquée

Toutes ces critiques amènent la Cour des comptes à évoquer, à la fin du rapport, l’hypothèse d’une disparition du réseau. « À défaut d’en repenser les missions et l’organisation,[…] la question de la suppression du réseau formé par le Centre national de documentation pédagogique et les centres régionaux de documentation pédagogique pourrait de nouveau être d’actualité à brève échéance », signale-t-elle.

Dans sa réponse à la Cour des comptes, Vincent Peillon relève « un constat sévère » qu’il « partage pour l’essentiel ». Toutefois, le ministre de l’Education nationale souligne « la profonde transformation qui est en train de s’opérer au sein du réseau, tant au niveau de son offre éditoriale que sur son organisation juridique, administrative et immobilière ».

La refonte de l’offre éducative lancée

Le réseau Scérén-CNDP a en effet amorcé sa modernisation, concrétisée la semaine dernière par une nouvelle appellation : Canopé. Cette nouvelle identification permettra « entre autres, de rendre plus visibles les nou­veaux ate­liers, espaces de créa­tion, d’échanges et de décou­vertes, qui seront déve­lop­pés au cours des pro­chains mois », avait affirmé Vincent Peillon.

Les nouvelles ressources pédagogiques proposées par le CNDP, davantage orientées transmedia (adaptées à différents canaux de diffusion) seront désormais mises à disposition des enseignants sur une plateforme web unique, à partir d’avril 2014.

Les lieux d’accueil physiques seront également repensés : rééquipés en matériel technologique de pointe, ils seront davantage consacrés à l’expérimentation péda­go­gique, sous forme d’ateliers, pour mieux accompagner les nouvelles pratiques. Ces nouveaux ateliers devraient être lancés à l’automne 2014.