Des chercheurs d’Oxford ont peut-être découvert l’emplacement de la conscience

Des scientifiques anglais ont identifié une zone du cerveau impliquée dans la prise de décision qui n'existe que chez l'homme.

zone cerveau humain cortex frontal

Cette zone du cerveau propre à l'homme pourrait bien être le siège de la conscience. (© Matthew Rushworth/OU)

Une équipe de scientifiques de l’université d’Oxford a découvert, grâce à des séries d’IRM pratiquées sur des volontaires humains et sur des singes macaques, qu’une partie du cortex frontal du cerveau était uniquement propre à l’homme, et n’existait pas chez les primates.

Processus de prise de décision avancés

Cette zone appelée « lateral frontal pole » en anglais pourrait bien être l’emplacement de notre conscience, ces petits ange et démon qui murmurent à notre oreille lorsqu’un choix difficile s’annonce. En effet, cette zone particulière « est impliquée dans certains des processus de planification et de prise de décision les plus avancés, qui nous définissent en tant qu’humains », indique l’université d’Oxford.

D’autres parties du cortex frontal jouent des rôles majeurs dans la faculté du langage, ainsi que dans certaines pathologies psychiatriques comme les troubles de l’attention et l’hyperactivité, l’addiction aux drogues, ou encore les troubles comportementaux compulsifs. Les résultats de ces recherches devraient permettre aux chercheurs de mieux analyser ces affections, au travers des interactions entre les différentes zones du cerveau.

Source(s) :
  • ox.ac.uk, independent.co.uk, huffingtonpost.com

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.