William Lebghil (Slimane dans SODA) : « j’ai eu plusieurs cas sociaux parmi mes profs ! »

William Lebghil, l'inimitable Slimane de la série SODA, est aujourd'hui à l'affiche du film "Jacky au royaume des filles", de Riad Sattouf, sur les écrans ce mercredi. Celui qui incarne l'un des pires cancres de la télévision revient pour Vousnousils sur ses souvenirs de collège.

William Lebghil

Votre personnage dans SODA, Slimane, a un parcours scolaire un peu chaotique. Vous lui ressemblez sur ce point ?

Je n’ai absolument pas le parcours scolaire de Slimane ! Je faisais marrer mes potes, mais j’avais tout le temps la moyenne. Je m’entendais plutôt bien avec mes profs, même si je les agaçais sans doute parfois. Je faisais le minimum nécessaire en cours, j’avais des facilités et je restais un peu sur mes acquis. En fait, je voulais absolument être comédien et mes parents m’avaient dit qu’il fallait d’abord que j’aie le bac !  Du coup, j’ai eu mon bac avec mention.

Vous exerciez déjà vos talents comiques pendant les cours ?

Oui, c’est aussi pour cela que j’ai voulu faire ce métier. Je trouvais mon plaisir dans le fait de faire rire mes potes. En classe, je rebondissais sur ce que les profs disaient, mais jamais de manière insolente, je déteste ça ! J’essayais d’être fin, même si je n’y arrivais pas toujours…

Donc vous n’étiez pas si turbulent !

Non je n’étais pas vraiment téméraire. J’étais plutôt froussard.

Qu’est-ce qui vous intéressait le plus en cours ?

J’étais très fort en philo ! Je l’ai ratée au bac, j’étais un peu dégoûté car c’était vraiment la matière où j’étais le meilleur. On découvre ça en terminale, je trouve ça un peu tard, mais c’est vraiment passionnant.

Par contre, les maths, les SVT, la chimie, je n’étais pas très fan ! Il faut dire qu’en SVT par exemple je n’ai jamais eu de très bons profs. Je me forçais à travailler pour avoir la moyenne.

Mais avec le recul je pense que c’est finalement assez intéressant toutes ces matières scientifiques. A l’époque je n’en avais pas conscience. Bon je ne retournerais quand même pas au lycée pour faire des SVT et de la physique !

Et côté profs, lesquels vous ont le plus marqué ?

J’ai eu plusieurs cas sociaux, des profs un peu déprimés, qui pleuraient en cours, un peu terrifiants ! J’ai aussi eu une prof de SVT qui a commencé, dès le premier cours de l’année, à nous balancer des espèces d’évidences, comme si nous avions tous son niveau. Du coup, au bout du deuxième cours, on était tous largués pour l’année ! Je pense qu’elle était un peu folle…

Des profs mémorables effectivement ! Ne manque plus que le prof tyrannique…

Moi j’aime bien la tyrannie ! Ce que je veux dire par là, c’est qu’on a besoin d’avoir des limites. Les gens qui arrivent à faire respecter l’ordre, je trouve ça bien. Après, j’ai eu des profs qui n’avaient pas besoin d’être tyranniques, qui avaient juste le charisme qui faisait qu’on les écoutait.

Les meilleurs profs, ce sont justement ceux-là, ceux qui n’ont pas besoin de hausser le ton pour se faire respecter. Je crois qu’on a besoin quand on est ado d’être un peu « gouroutisé » par nos profs. Qu’ils nous fascinent, qu’on ait envie de tout donner pour qu’ils soient contents.

Avez-vous réussi à concilier vos études avec votre passion pour le théâtre ?

Au collège et au lycée, je faisais du théâtre pendant le week-end. J’ai commencé à jouer à Paris dans des petits théâtres, quand j’étais en 1ère. C’était une évidence, je n’aurais pas pu faire autre chose !

Après le bac je me suis dit que j’allais faire une fac de lettres à Censier. A ce moment je jouais tous les soirs au théâtre. Donc j’ai fait une demi-journée à Censier et j’ai arrêté. C’est comme si je retournais au lycée, sauf qu’en fac il faut vraiment bosser ! Et je me suis inscrit à l’école de théâtre Jean Périmony.

J’ai commencé à tourner quand j’étais encore en cours, dans une pub réalisée par Riad Sattouf et dans une websérie. Ma troisième année de théâtre je n’ai pas pu la finir, car j’ai tourné un long métrage qui s’appelait Les Mythos qui est sorti en 2011. Après j’ai directement enchaîné avec SODA.

Vous êtes aujourd’hui à l’affiche du film Jacky au royaume des filles, de Riad Sattouf, qui sort mercredi. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce film ?

Le film se passe dans un monde inventé par Riad, une dictature féministe, où les hommes portent une voilerie. C’est un peu l’histoire transfigurée de Cendrillon. Et moi j’interprète le cousin méchant du personnage principal, interprété par Vincent Lacoste. J’ai le rôle d’une des belles-sœurs détestables dans Cendrillon.

Avec le réalisateur Riad Sattouf, ça a été un coup de foudre. J’adorais son univers, je le trouvais pertinent, j’étais fan de lui. Et le film a quand même un casting qui pour moi est monstrueux. J’étais en admiration d’avoir une scène avec Charlotte Gainsbourg, une scène avec Noémie Lvovski, tous ces gens que je vais d’habitude voir au cinéma !

Jacky au royaume des filles, de Riad Sattouf. Sortie le 29 janvier 2014.

Partagez l'article

2 commentaires sur "William Lebghil (Slimane dans SODA) : « j’ai eu plusieurs cas sociaux parmi mes profs ! »"

  1. chloekolt  10 mars 2014 à 21 h 34 min

    William je n’ai rien a dire sur toi, tu es parfait !Signaler un abus

    Répondre
  2. leouf  12 décembre 2014 à 21 h 23 min

    william je suis fan de toi mais vraiment fan et surtout dans le role de slimaneSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.