Orientation en 3e : les parents auront le dernier mot dans 117 collèges expérimentaux (décret du 7 janvier 2014)

Le décret du 7 janvier 2014, publié au JO, laisse aux parents d'élèves la décision finale concernant l'orientation de leur enfant en fin de 3e dans 117 collèges expérimentaux.

Les parents d’élèves se verront confier la décision finale de l’orientation de leur enfant en fin de 3e, dans 117 collèges expérimentaux, selon le décret du 7 janvier 2014.

La ministre déléguée chargée de la réussite éducative, George Pau-Langevin, indiquait en effet, en novembre dernier sur le site du ministère de l’Education que « le sentiment de l’orientation subie, en particulier vers l’enseignement professionnel, est identifié comme l’une des causes du décrochage« .

Le dernier mot laissé aux parents

Dans le cadre de ce dispositif expérimental, si les propositions du conseil de classe ne sont pas conformes aux demandes de la famille, « le chef d’établissement ou son représentant avec le professeur principal de la classe reçoivent l’élève et ses responsables légaux afin de leur expliquer les propositions du conseil de classe, de recueillir leurs observations et de proposer un entretien avec un conseiller d’orientation-psychologue dans un délai de cinq jours ouvrables. Si, au terme de ces cinq jours, le cas échéant après une nouvelle rencontre avec le chef d’établissement ou son représentant organisée à la demande de l’élève et ses responsables légaux, ces derniers maintiennent leur choix, le chef d’établissement prononce une décision d’orientation conforme à ce choix ».

L’expérimentation durera 3 ans, et les établissements concernés seront répartis sur 12 académies.

Une expérimentation qui « ne résoudra rien » (E. Davidenkoff)

Toutefois, souligne Valérie Marty, de l’association de parents d’élèves Peep, cela ne veut pas dire que le choix d’orientation retenu par les parents sera satisfait, particulièrement dans l’enseignement professionnel, où « il y a une contrainte de places dans les établis­se­ments. Une sélec­tion se fait donc sur les résul­tats sco­laires, cer­tains élèves se retrou­vant dans une spé­cia­li­sa­tion qu’ils n’ont pas sou­hai­tée au départ ».

Dans une interview publiée aujourd’hui dans Atlantico, le chroniqueur Emmanuel Davidenkoff estime qu' »en tant que telle, cette expérimentation ne résoudra rien ». Mais précise que « si elle devient le pilier d’un meilleur dialogue avec les familles, […] elle pourra aider les jeunes à mieux bâtir leur projet d’orientation ».

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.