Antoine Compagnon, professeur de littérature au Collège de France, revient ce dimanche sur l’interview très critiquée donnée au Figaro la semaine passée, dans laquelle il affirmait que le déclassement du métier d’enseignant était lié à sa féminisation.

Les femmes, l’une des raisons de « la mauvaise image » du métier d’enseignant

Dans les Inrocks, l’enseignant confirme ces propos controversés. L’interview du Figaro portait « sur les raisons de la mauvaise image, particulièrement en France, que l’opinion a aujourd’hui des métiers de l’enseignement« , explique-t-il. « Les femmes sont l’une des raisons que j’évoquais de la mauvaise image ». Toutefois, « ce qui est à déplorer c’est qu’il y ait une mauvaise image d’un métier qui se féminise », tempère-t-il.

Il serait bon que les métiers « soient plus équilibrés »

Antoine Compagnon estime qu’il faut se demander « pourquoi ces concours, ces métiers [de l’enseignement] n’attirent plus de jeunes hommes ». Pour lui, cela pourrait être lié à « l’absence de perspectives suffisantes de promotion, de plans de carrière ». La forte valorisation du métier de trader, par exemple, est « très liée à cette image d’adrénaline et de virilité qui lui est associée », explique-t-il, jugeant qu’il « serait bon que tous les métiers soient plus équilibrés ». En effet, poursuit-il, « pour certains enfants, il serait préférable d’avoir aussi affaire à des hommes à l’école primaire, à des figures masculines comme à des figures féminines »…

L’interview donnée au Figaro par Antoine Compagnon la semaine dernière avait suscité beaucoup de commentaires indignés. Une blogueuse féministe avait même adressé à l’enseignant une lettre ouverte, pour lui « faire part de [sa] perplexité » face à son analyse.