univers galaxies

© Yuriy Mazur - Fotolia.com

L’univers va être cartographié plus précisément que jamais grâce aux avancées du projet Baryon Oscillation Spectroscopic Survey (BOSS). Ce système de calcul des distances entre les galaxies et les quasars repose sur l’analyse d’ondes de pression, émises lors des premiers instants de l’univers (magma primordial), et qui continuent à se propager.

Cette technique a permis à une équipe de chercheurs de calculer l’éloignement de galaxies situées à plus de 6 milliards d’années-lumière avec 1% d’erreur, un exploit sans précédent, selon un communiqué publié ce mercredi.

De 50% à 1% d’erreur

« Il y a vingt ans, les astronomes se disputaient sur des estimations qui différaient parfois de 50% », a rappelé David Schlegel, physicien au laboratoire national Lawrence Berkeley (Californie), en charge du projet BOSS. « Il n’y a pas beaucoup de choses dans notre vie quotidienne que l’on connaît avec un 1% de marge d’erreur. Je connais maintenant les dimensions de l’univers mieux que les dimensions de ma maison », a-t-il ajouté.

L’analyse du projet BOSS couvre déjà 1.277.503 galaxies, le plus large échantillon de l’univers jamais étudié. La précision atteinte va permettre aux chercheurs d’en apprendre davantage sur l’énergie noire, cette force responsable de l’expansion accélérée de l’univers.