La « féminisation massive » du métier d’enseignant a « achevé de le déclasser » (A. Compagnon)

D'après Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, la déconsidération du métier de professeur en France est due à la "massification de l'enseignement", mais aussi à sa "féminisation massive".

La « féminisation massive » du métier d’enseignant a contribué à la déconsidération des professeurs en France, selon Antoine Compagnon, enseignant de littérature française au Collège de France.

Antoine Compagnon estime en effet dans Le Figaro que la déconsidération est avant tout « liée au déclassement social des professeurs, lui-même lié à la massification de l’enseignement ». Les métiers de l’enseignement étaient autrefois « des métiers de promotion sociale« , ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, explique-t-il.

Et pour Antoine Compagnon, « la féminisation massive » du métier de professeur « a achevé de le déclasser ». Car « un métier ­féminin reste encore souvent un emploi d’appoint dans un couple ». Les raisons qui poussent les femmes à se tourner vers l’enseignement, pour le professeur de littérature ? « La souplesse de l’emploi du temps et des nombreuses vacances qui leur permettent de bien s’occuper de leurs enfants » !

Du coup, Antoine Compagnon ne s’étonne pas des multiples témoignages d’incivilités ou de manque de respect entre élèves et professeurs. « Ces incidents reflètent ce que pensent les parents et l’ensemble de la société des enseignants ».

Enfin, le professeur s’attaque aux décrets de 1950 définissant le statut des enseignants. Estimant que « la prise en compte des seules heures de cours […] en guise de ‘temps de service‘ n’a pas de sens », il préconise « plus de présence dans les établissements et les bureaux ». Il propose aussi que les profs de collège enseignent plusieurs matières. « Qu’y a-t-il de dégradant pour un professeur de français d’enseigner aussi l’histoire? Il y a trop d’enseignants différents au collège, c’est déstabilisant pour d’aussi jeunes élèves ! » juge-t-il.

Partagez l'article

2 commentaires sur "La « féminisation massive » du métier d’enseignant a « achevé de le déclasser » (A. Compagnon)"

  1. Fritigonde  18 janvier 2014 à 19 h 45 min

    Non mais c’est un gag? De quel siècle vient ce monsieur? Pendant combien de temps a-t-il hiberné?Signaler un abus

    Répondre
  2. S.C  3 mai 2014 à 14 h 34 min

    De toute évidence, certains professeurs du Collège de France devraient soit prendre leur retraite, soit aller voir sur le terrain dans de vrais collèges comment le métier d’enseignant(e) a évolué… ainsi que prendre le temps de réfléchir avant de publier leurs opinions sexistes… (NB: je suis une femme et j’ai un salaire plus important que celui de mon mari.) Quant au problème de la garde des enfants dans notre société qui ne se donne pas les moyens d’aider les femmes à accéder à l’égalité des chances sur le plan professionnel, c’est encore une autre histoire qui mériterait d’être très approfondie… Il est cependant vrai que les enseignants sont vu(e)s de nos jours comme des « personnels de services » et non des employé(e)s cadres A de la fonction publique et que les salaires ne sont plus très attrayants pour les jeunes hommes ambitieux!Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.