Décrochage scolaire: Vincent Peillon veut « raccrocher » 25 000 jeunes en 2014

Vincent Peillon a pour objectif de "raccrocher" cette année 25 000 jeunes ayant quitté le système scolaire sans qualification. Il dresse, ce mercredi, le bilan de son plan de lutte contre le décrochage en 2013. Analyse.

La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité, selon le ministère. Cette année, le ministre de l’éducation nationale souhaite « raccrocher » 25 000 jeunes ayant quitté le système scolaire sans qualification. Mercredi 8 janvier, Vincent Peillon doit présenter ses perspectives pour 2014 et revenir sur le bilan de son action contre le décrochage scolaire en 2013 qui a permis à 23 000 jeunes de retourner vers le chemin de l’école.

Environ 140 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans diplôme

Alors que 140 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans diplôme, ils sont 23 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans à avoir été « raccrochés » en 2013. Parmi eux, 20 000 sont retournés en formation initiale et 3 000 effectuent un service civique, selon le ministère. Garantir l’égalité des chances et conduire chaque jeune vers un avenir professionnel sont des missions de l’école. C’est pourquoi, un an après le lancement d’un plan contre le décrochage scolaire, 11 000 jeunes bénéficient aujourd’hui d’un « parcours de retour en formation » sous l’égide de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (préparations au baccalauréat, accompagnement pour une réinsertion professionnelle…).

Enfin, François Hollande a fixé comme objectif de diviser par deux le nombre de décrocheurs durant son mandat. Le ministère de l’éducation nationale a ainsi établi deux priorités : prévenir plus efficacement le décrochage et faciliter le retour vers l’école en offrant des formations.

Partagez l'article

1 commentaire sur "Décrochage scolaire: Vincent Peillon veut « raccrocher » 25 000 jeunes en 2014"

  1. jlh  11 janvier 2014 à 8 h 52 min

    J’ai cette idée en permanence en tête : c’est que l’on n’évalue pas assez ou mal ce que l’on enseigne en France et que parler de jeunes sortis du système sans diplôme en est un aveu. Tout acquis devrait être validé et certifié ce qui serait utile au formatif également. J’ai toujours admiré la qualité des évaluations en sixième que le ministère faisait faire dans un but très flou malheureusement. Les décrocheurs devraient pouvoir et on devrait pouvoir savoir ce qu’ils savent. De même les diplômés.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.