© CreativeGraphicArts/iStockphoto

Plus de 202 000 personnes, de toutes nationalités, s’étaient portées volontaires, il y a quelques mois, pour participer à la première opération de colonisation de la planète Mars, filmée par des caméras de télé-réalité. Après deux étapes de pré-sélection, il ne reste aujourd’hui plus que 1 058 candidats en lice, dont 22 Français, indiquait jeudi Mars-One, la société néerlandaise à l’origine du projet.

4 ambassadeurs terriens envoyés sur Mars

586 hommes et 472 femmes ont été retenus, dont la plupart ont entre 25 et 30 ans. Selon Bas Lansdorp, co-fondateur et PDG de Mars-One, « le défi avec 200 000 inscrits est de séparer ceux que nous pensons être capables, mentalement et physiquement, de devenir les ambassadeurs humains sur Mars, de ceux qui prennent la mission moins au sérieux ».

A l’issue des phases de pré-selection, qui devraient s’achever fin 2015, 24 postulantsseront retenus. 4 de ces « colons »  – 2 hommes et 2 femmes – devraient partir en avril 2024 pour la planète rouge, rejoints un an plus tard par les autres sélectionnés. L’objectif étant d’établir un plan « pour l’installation de l’Homme sur Mars« , selon le site Internet dédié.

Une émission de télé-réalité

Florence Porcel, chroniqueuse scientifique, fait partie des 1 058 candidats pré-sélectionnés. « Je suis passionnée par l’espace depuis que je suis toute petite, mais mon parcours de vie a fait que je ne suis devenue ni médecin, ni pilote, ni scientifique, donc je ne peux pas être astronaute par la voie classique. On me donne l’occasion de réaliser un rêve, alors je fonce! », explique-t-elle dans Paris-Match.

Le projet, dont le coût est estimé à 6 milliards de dollars, sera en partie financé par une émission de télé-réalité, suivant les premiers ambassadeurs terriens dans leur aventure. Les téléspectateurs pourront notamment voter pour les participants qu’ils souhaitent envoyer sur Mars, selon Florence Porcel. Ils partageront ensuite l’aventure des candidats retenus, filmés dans leur quotidien : entraînement, formations… « L’idée de ce programme, c’est que les enfants regardent et se disent: ‘Je veux être médecin, pilote, géologue ou autre' », explique la chroniqueuse.

Une fois sur place, les ambassadeurs seront logés dans de petits modules, dans lesquels ils seront « enfermés car la vie sur Mars est hostile, et la sortie sans combinaison est impossible », affirme Florence Porcel. S’ils passeront une bonne partie de leur temps à explorer la planète et mener des expériences scientifiques, leur défi sera également d’organiser leur survie dans cet environnement hostile : produire leur oxygène, trouver de l’eau, ou encore cultiver leur propre nourriture.

Un voyage sans retour

Si elle se dit « folle de joie », Florence Porcel avoue cependant être impressionnée par l’ampleur du projet. « Au début, bien sûr que cela m’a effrayée. J’y ai réfléchi, j’y réfléchis toujours et je me garde la possibilité de changer d’avis », indique-t-elle. Car c’est un voyage sans retour qui attend les 4 sélectionnés.

Si Mars-One reste assez secrète sur l’avancement des contraintes techniques et financières, l’Express signale que la société rencontrerait quelques obstacles. Selon le quotidien, elle aurait en effet des difficultés à réunir les 6 milliards de dollars nécessaires à l’aboutissement de ce projet démesuré.