Booster le fonctionnement de la mémoire grâce à une « prothèse » ne relève plus de la science-fiction : une équipe de scientifiques américains a mis au point un implant capable d’améliorer les performances du cerveau chez les primates.

Les scientifiques ont d’abord identifié, chez un groupe de singes soumis à des tests de mémorisation, le signal électrique émis par le cerveau lorsque les animaux se rappelaient de la bonne réponse (code « fort ») et celui émis lorsque leur mémoire leur faisait défaut (code « faible »).

Après avoir implanté une électrode dans le cerveau des primates, les scientifiques les ont à nouveau exposés aux tests. Mais cette fois-ci, en envoyant grâce à la prothèse un signal « fort » au cerveau, lorsque le singe allait donner la mauvaise réponse. Résultat ? Une amélioration significative du nombre de bonnes réponses chez les singes testés, même si des erreurs étaient encore parfois commises.

Une avancée scientifique qui ouvre bien des possibilités, particulièrement dans le traitement des altérations des souvenirs, comme la maladie d’Alzheimer.