Les premiers résultats des discussions sur le métier enseignant, lancées en novembre par Vincent Peillon, viennent d’être dévoilés. Le ministre de l’Education nationale a en effet présenté ce matin des mesures pour les directeurs d’école, les Rased et l’éducation prioritaire.

Décharge et revalorisation pour les directeurs d’école

Le ministère a notamment annoncé « tout un tra­vail de sim­pli­fi­ca­tion admi­nis­tra­tive » pour les directeurs d’école, en particulier « pour ceux qui en ont le plus besoin, les petites et moyennes écoles ». Les directeurs d’école de 2 ou 3 classes pourront bénéficier d’une décharge d’enseignement d’1 jour par mois afin de mieux prendre en charge leurs autres responsabilités. Pour les directeurs de 8 ou 9 classes, ces dispenses seront plus nombreuses. Enfin, pour les directeurs d’établissements de 3 classes et plus, un allègement des activités pédagogiques complémentaires (APC) est prévu. Ces mesures seront programmées « dans le temps, en 2014, 2015 et 2016 », selon le ministère.

En outre, la part complémentaire de l’indemnité de sujétion spéciale (ISS) serait revalorisée : elle passerait de 300 à 500 euros pour 1 à 3 classes, de 300 à 700 euros pour 4 classes, et de 600 à 700 euros pour 8 à 9 classes, d’après le Monde. Le ministère compterait également réhabiliter les « 3 + 2 semaines » de formation préalable, auxquelles s’ajouteraient au moins 3 jours supplémentaires au terme de la 1ère année.

Des mesures pour l’éducation prioritaire et le second degré

Concernant les Rased, le ministre a annoncé la re-création de postes, ainsi que le rétablissement de la formation. Les postes seront prioritairement créés dans l’éducation prioritaire. Vincent Peillon a également confirmé que les professeurs exerçant dans les zones les plus sensibles bénéficieront de décharges et d' »un régime indem­ni­taire plus favorable ».

Enfin, 500 « pro­fes­seurs for­ma­teurs aca­dé­miques » dans le second degré seront recrutés, sur 2 ans. Ces « pro­fes­sion­nels de ter­rain » enseigneront à la fois en classe et dans les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE).