Métier enseignant : l’indemnisation des « missions complémentaires » dans le 2nd degré proposée par le ministère

Le ministère a formulé de nouvelles propositions dans le cadre des discussions sur le métier enseignant, évoquant notamment l'indemnisation des missions complémentaires effectuées par les professeurs du second degré.

Le ministère pourrait bientôt « rémunére[r] sur le plan indemnitaire » l’ensemble des missions complémentaires effectuées par les profs du secondaire, selon les syndicats.

3 types de missions pour les professeurs du 2nd degré

Il s’agirait là d’une proposition formulée vendredi par le ministère dans le cadre des discussions sur le métier enseignant. Dans une feuille de travail transmise aux syndicats, le ministère distingue 3 types de missions pour les enseignants du 2nd degré : une mission « principale » d’enseignement, des missions liées à l’activité d’enseignement, et des missions complémentaires.

Selon ce document, le cadre horaire de référence est maintenu pour la mission d’enseignement (18h pour un certifié, 15h pour un agrégé, 20h pour un prof d’EPS et 17h pour un prof agrégé d’EPS). Les modalités d’exercice des missions liées à l’activité d’enseignement, qui recouvrent entre autres les heures de préparation de cours, de travail en équipe pédagogique, ou d’information aux parents d’élèves, « seront précisées par une circulaire ».

Le taux de base serait de 1 200 €

Les missions complémentaires correspondent, quant à elles, à des responsabilités particulières. Le ministère prévoit qu’elles soient indemnisées. S’il s’agit de missions particulièrement chronophages, elles peuvent aussi donner lieu à un allègement du temps d’enseignement.

Au niveau établissement, il s’agit par exemple de la mission de professeur principal (rémunérée par la part variable de l’ISOE), de missions de coordonnateur de discipline ou de cycle… Au niveau académique, il peut s’agir de missions de formateur académique ou de tutorat pour les enseignants stagiaires.

Le document transmis aux syndicats ne précise pas le montant de l’indemnité prévue, mais selon l’AEF, un taux de base de 1 200 €, avec un demi-taux à 600 €, a été évoqué oralement par le ministère.

L’AEF note également que la référence aux 1 607 h annuelles de travail des enseignants, qui inquiétait certains syndicats, a disparu dans ce document.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.