Insertion professionnelle : le comité Sup’emploi va rapprocher facs et entreprises

La ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso a installé hier le comité Sup'emploi, instance visant à renforcer les synergies entre université et entreprise.

Pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, la ministre de l’Enseignement supérieur Geneviève Fioraso a installé ce lundi 9 septembre le comité Sup’emploi, une instance de dialogue et de réflexion stratégique destinée à rapprocher le monde de l’université et celui de l’entreprise.

Numérique, alternance et formation continue

Composé de 22 membres, le comité sera chargé d' »optimiser la qualité de la formation universitaire […], rapprocher les acteurs de l’enseignement supérieur et de l’entreprise pour adapter les compétences aux évolutions du monde du travail » et d' »anticiper les mutations des filières professionnelles ». Ses axes de travail seront cadrés annuellement par une lettre de mission adressée par Geneviève Fioraso.

Pour sa première année d’existence, il se penchera sur 3 « sujets prioritaires » : « anticiper les métiers et les formations de demain », en s’interrogeant notamment sur les enjeux du numérique, « développer l’alternance dans l’enseignement supérieur« , et « placer l’enseignement supérieur au cœur de la formation tout au long de la vie ».

« On est au 6e rang mon­dial pour la qua­lité de nos publi­ca­tions scien­ti­fiques. Mais on est entre les 20 et 25e rangs pour l’innovation, car on a du mal à trans­for­mer l’invention du labo­ra­toire en inno­va­tion dans l’entreprise qui crée de l’emploi« , a déploré la ministre de l’Enseignement supérieur dans Les Echos.

Un comité présidé par des chefs d’entreprise

2 chefs d’entreprises dirigeront le comité : Françoise Gri, directrice générale du groupe Pierre et Vacances, et Henri Lachmann, vice-président administrateur référent de Schneider Electric SA. « J’assume ce choix de deux présidents issus du monde de l’entreprise, a souligné Geneviève Fioraso. L’idée n’est pas d’être piloté par l’économie, mais d’avoir un prisme économique ». Les 20 autres membres sont quant à eux essentiellement issus du monde professionnel ou universitaire : on retrouve entre autres Pascal Morand, directeur général adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de la région Île-de-France, Claire Guichet, ancienne présidente de la FAGE, ou Thierry Cadart, secrétaire national de la C.F.D.T.

Ils se réuniront plusieurs fois par an, pour formuler des propositions et des avis sur les sujets de réflexion prioritaires fixés par la ministre de l’Enseignement supérieur,  et rendront leur première copie au printemps 2014.

Source(s) :
  • AFP, educpros, Les Echos

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.