Grève des profs de prépa ce lundi 9 décembre : le Snalc pronostique entre 80 et 90 % de grévistes

L'appel à la grève pour les enseignants de classes prépa, lancé par des syndicats et des associations, a été maintenu malgré les nouvelles propositions du ministère sur les CPGE.

Les enseignants de classes préparatoires seront en grève ce lundi 9 décembre, pour protester contre les propositions formulées par le ministre de l’Education nationale dans le cadre des discussions sur l’évolution du métier d’enseignant. L’appel avait été lancé par plusieurs associations représentatives des CPGE et les syndicats Snes et Snalc. Ce dernier pronostique « entre 80 et 90 % de grévistes » selon Jean-Rémi Girard, secrétaire national à la pédagogie.

La manifestation débutera à 14h au Jardin du Luxembourg, à Paris, pour se terminer devant le ministère de l’Education nationale. Les enseignants de province ont été appelés par le Snalc à se réunir à la capitale pour rejoindre le cortège.

Contre la pondération des heures en CPGE

Lors des discussions sur l’évolution du métier d’enseignant ouvertes en novembre, le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon avait proposé de mettre en place un système de pondération des heures d’enseignement, et de fixer les obligations de service des enseignants de prépa à 10h. Ces mesures avaient été vivement rejetées par les associations et les syndicats, qui craignaient une dégradation des conditions de travail et une baisse de rémunération. Une pétition avait été lancée, et compte à ce jour plus de 44 000 signatures.

Vincent Peillon avait alors avancé la semaine dernière de nouvelles propositions, offrant notamment une prime annuelle de 3 000 euros aux enseignants « exer­çant au moins 6 heures dans des classes de plus de 35 élèves », et « la pos­si­bi­lité pour les pro­fes­seurs en sous-service de com­plé­ter leur ser­vice à hau­teur de deux heures par des heures de colle« .

Les profs qui font beaucoup d’heures sup « seront touchés »

Mais « ces mesures demeurent insuffisantes et l’ensemble du projet constitue toujours pour les professeurs de CPGE une sérieuse dégradation des conditions de travail et du pouvoir d’achat », a jugé mardi le Snalc, qui a maintenu son appel à la grève.

Quant au ministre de l’Education nationale, il avait assuré mercredi sur France Inter que la perte de revenus ne serait pas si importante pour les enseignants de prépa. « Il y a même des pro­fes­seurs […] qui vont gagner avec cette réforme », avait-il indiqué. Et les plus touchés seront ceux qui font beaucoup d’heures sup. « A ceux-là, je dis : ce n’est pas la peine de pen­ser que je vais recu­ler », avait affirmé le ministre.

Pour certains enseignants de prépa toutefois, faire beaucoup d’heures supplémentaires n’est pas toujours un choix. « En prépa, les services des professeurs donc les éventuelles heures sup et colles qui vont avec, sont imposés par l’administration. Le poste est à prendre ou à laisser », ont rappelé des professeurs dans le Figaro.

Source(s) :
  • le Figaro, AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.