Dans le cadre des discussions sur le métier enseignant, le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a formulé de nouvelles propositions pour les profs de prépa, a signalé hier le syndicat Snalc-Fgaf dans un communiqué.

Une prime annuelle de 3 000 euros

« Le ministère a revu sa copie : il propose désormais une prime annuelle de 3 000 euros pour les professeurs exerçant au moins 6 heures dans des classes de plus de 35 élèves ainsi que la possibilité pour les professeurs en sous-service de compléter leur service à hauteur de deux heures par des heures de colle« , a indiqué le syndicat.

Ces propositions ont été formulées hier « oralement lors d’une réunion du groupe de travail sur les professeurs du second degré« , a précisé le président du Snalc, François Portzer, à l’AEF. « Mais le projet du ministère représente toujours une perte de salaire pour les professeurs qui font beaucoup d’heures supplémentaires« . Le syndicat doit se réunir en bureau national aujourd’hui pour « examiner très en détail ces nouvelles propositions » et « déterminer les suites qu’il entend donner à son action ».

Forte mobilisation contre le projet Peillon pour les profs de prépa

Lors de précédentes discussions sur le métier enseignant il y a 2 semaines, le ministre de l’Education nationale avait proposé d’instaurer une « pondération » des heures d’enseignement défavorable aux profs de prépa et une obligation de service de 10h en CPGE. Ce projet avait suscité la colère d’asso­cia­tions repré­sen­ta­tives des classes prépa, de syn­di­cats et de certains politiques. Une pétition contre les propositions du ministre avait été lancée, et un préavis de grève avait été déposé par le Snalc et le Snes pour la journée du 9 décembre.