Vincent Peillon a détaillé hier les dernières propositions pour les classes préparatoires formulées dans le cadre des discussions sur le métier enseignant.

Pondération des heures d’enseignement

Le ministre commence par présenter le nouveau système de pondération des heures d’enseignement. Ainsi, explique-t-il, « une heure d’enseignement dans une classe à examen, au lycée, vaudra 1,1 heure ; une heure d’enseignement dans une section de technicien supérieur vaudra 1,25 heure ; et une heure d’enseignement en classe préparatoire vaudra 1,5 heure. Par là sont reconnus le haut niveau d’exigence de ces enseignements ainsi que l’importance du temps consacré aux corrections de copies ».

Le ministère porte aussi « l’obligation réglementaire de service des enseignants de classes préparatoires […] à 10 heures hebdomadaires pour tous ».

Prime annuelle de 3 000 euros

Il confirme ensuite l’attribution d’une prime de 3 000 euros à certains profs de prépa, évoquée hier par le syndicat Snalc. « Le ministère a proposé une indemnité de 3 000 euros annuels pour les enseignants de classes préparatoires exerçant au moins 4 heures devant plus de 35 élèves », indique le communiqué du ministère. Et pour répondre « à la situation particulière des enseignants effectuant moins de 10 heures, il leur est proposé d’intégrer jusqu’à deux heures d’interrogations orales (dites « colles ») pour compléter leur service hebdomadaire ».

Pas question de « remettre en cause » le fonctionnement des classes prépa

Ces mesures permettront « de répondre à un objectif de clarification, d’harmonisation, de transparence et de justice au sein même des classes préparatoires, où des disparités considérables ont été reconnues par la Cour des comptes, par les organisations syndicales et par les associations professionnelles », estime le ministre, qui rappelle « son attachement aux classes préparatoires : à aucun moment il n’a été envisagé de remettre en cause leur existence ou leur fonctionnement », affirme-t-il.

Le système de pondération des heures et l’obligation de 10 heures de service en CPGE proposés par le ministre il y a 2 semaines avaient été vivement critiqués par les asso­cia­tions de profs de classes prépa, les syn­di­cats et certains poli­tiques. Une pétition avait été lancée, ainsi qu’un préavis de grève pour la journée du 9 décembre.