Préavis de grève le 9 décembre pour les enseignants de classes prépa

Les enseignants de classes prépa redoutent une éventuelle baisse de leur salaire et une augmentation de temps de travail liées à la réforme du statut des enseignants. Deux syndicats, le SNALC-FGAF et le SNES-FSU, ont déposé jeudi 28 novembre un préavis de grève pour le 9 décembre.

Cette semaine ont lieu un grand nombre d’assemblées générales dans lesquelles de nombreux syndicats d’enseignants et associations de classes préparatoires réagissent aux projets de réforme des statuts des enseignants. En effet, pour les professeurs de classes préparatoires, envisager de diminuer leurs salaires pour financer l’allègement d’une heure ou deux par semaine d’enseignement en zone d’éducation prioritaire (ZEP) serait « une agression ». En réponse à cela, les associations de classes préparatoires (APHEC, APPLS, UPA, UPLS, UPS et UPSTI) et les syndicats d’enseignants (Snes-FSU et Snalc) déclarent déposer un préavis de grève pour le 9 décembre affirmant que « la décision effective de faire grève sera prise le mercredi 4, à l’issue d’une journée de rassemblements et de manifestations dans les académies et en fonction des résultats de la réunion prévue au ministère sur le sujet, le 2 décembre ».

Deux heures hebdomadaires qui font débat

Dans le projet de réforme sur le métier d’enseignant, deux heures par semaine sont dans le collimateur du gouvernement. En effet, un professeur de classe prépa doit, en théorie, 10 heures d’enseignement hebdomadaires, un volume d’obligation réglementaire de service (ORS) qui peut descendre à 9 ou 8 heures. Ceci, grâce à deux heures de décharge qui leur sont octroyées : l’une, à ceux qui enseignent en deuxième année, l’autre, à ceux ayant des classes de plus de 35 élèves. Mais, « le projet ministériel imposerait » une augmentation des ORS sans compensation » et « une baisse de salaire », déplore le syndicat Sgen-CFDT. Ainsi, le syndicat d’enseignant « SNALC » juge le projet gouvernemental « inadmissible« . Il souligne la perte d’heures supplémentaires représentant 30 à 40% de leur revenu car 88% des enseignants en prépa font déjà en moyenne 4 heures supplémentaires par semaine. Les syndicats d’enseignants et associations de classes préparatoires ont lancé une pétition qui a déjà recueilli 17 000 signatures, réclamant le retrait de la proposition.

Le Sgen-CFDT déclare que « les professeurs de prépas ont l’impression d’être montrés du doigt, ils ne sont pas du tout hostiles à ce qu’on traite mieux les professeurs de zones sensibles, mais ils ne voient pas pourquoi il faudrait, pour cela, prendre dans leur poche ».

Des chiffres chocs

La Cour des comptes a publié en mai dernier les premiers chiffres chocs : un professeur de classe préparatoire agrégé gagne en moyenne 4.108 euros nets par mois à quinze ans de carrière. Un titulaire d’une chaire supérieure perçoit 5.745 euros net à 30 ans de carrière. Des arguments souvent évoqués par les défenseurs de la réforme. Mais les associations d’enseignants font valoir que de tels niveaux de salaires de revenus sont exceptionnels.

 

Partagez l'article

Google

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.