83 % des communes ayant appliqué la réforme des rythmes scolaires en 2013 se disent satisfaites, selon une enquête de l’Association des maires de France (AMF) dévoilée aujourd’hui par l’AFP (23 % sont très satisfaites, 60 % plutôt satisfaites).

Cependant, plus de 3 sur 4 affirment avoir eu du mal à financer la mesure. Selon l’AMF, le coût médian s’élève, au vu des réponses, à 150 euros par enfant. 80 % des communes ont choisi de ne pas faire supporter cette dépense aux parents en optant pour la gratuité des activités périscolaires. Dans « plus de la moitié des communes », le taux de fréquentation de ces activités s’élève à plus de 85 %, indique l’AMF. Dans 15 % des communes, ce taux est inférieur à 50 %.

Pour l’association, l’enquête révèle « une vraie mobi­li­sa­tion des com­munes pour l’élaboration des pro­jets éduca­tifs ter­ri­to­riaux« , mais aussi « une pro­fonde com­plexité de mise en oeuvre de la réforme du fait de la mul­ti­pli­cité des acteurs et des para­mètres à prendre en compte ».

Elle a été menée auprès des 3 852 com­munes revenues en septembre 2013 à la semaine de 4,5 jours, et plus de 1 100 réponses ont été analysées par l’AMF, représentatives des communes de toutes tailles. Elle devait être présentée aujourd’hui dans le cadre du Congrès des maires.