Rythmes scolaires : Peillon comme Ayrault ne comptent pas faire marche arrière !

Avec l’appui de Jean-Marc Ayrault, le ministre de l’Education nationale se veut intransigeant face aux maires récalcitrants et certifie « qu’il n’y aura pas de retour sur la réforme des rythmes scolaires».

Vincent Peillon a annoncé jeudi que les maires récalcitrants n’auront « pas la possibilité » d’empêcher la semaine de 4,5 jours, mais seront « responsables de mettre à la porte les enfants à 15h45 » alors même qu’ils toucheront de l’argent pour financer les activités périscolaires, selon l’AFP. Dans son viseur, les maires en désaccord avec la réforme dont l’élu UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin et celui de Nice, Christian Estrosi. « Si nous disons il y a école le mercredi matin, il faut ouvrir l’école (…) il n’y a pas le choix, sinon on est condamné », a indiqué le ministre. « M. Estrosi peut s’enchaîner aux grilles s’il le veut, et nous appellerons les forces de l’ordre ». Pour ce qui est de M. Gaudin, « il a déjà sacrifié l’école » a estimé M. Peillon, pointant moins de personnel à Marseille pour la cantine, un budget pour l’école « qui baisse depuis plusieurs années alors que les effectifs augmentent ».

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a réagi aux propos tenus par le ministre de l’Education nationale qualifiant ses paroles d’une violence incroyable et indignes de sa fonction. Il ajoute aussi que Vincent Peillon « insulte les nombreux maires de France, les parents d’élèves et les 54% de Français qui souhaitent qu’il abandonne cette réforme menée sans concertation ». Malgré le mécontentement des élus et des syndicats d’enseignants, le ministre maintient sa réforme confirmant que ce temps donné en plus aux élèves ne peut être que source de réussite.

« Du meilleur temps pour lire, écrire, compter »

Vincent Peillon affirme qu’ »il n’y a pas une minute de temps scolaire qui a été enlevée » mais qu’au contraire du meilleur temps pour lire, écrire, compter doit être donné. Il assure qu’une matinée de cours supplémentaire ne peut être que bénéfique d’autant plus que 20 à 25% des élèves sont en difficulté dès l’entrée au collège. Il souligne aussi que le volet périscolaire permettra à 80% des enfants d’accéder à des activités contre 20% auparavant.

Quant à Jean-Marc Ayrault, il a déclaré vendredi sur France Info que la réforme des rythmes scolaires « devait être faite et serait faite » ne voyant pas pourquoi ils abandonneraient cette ambition. Selon lui, une réforme est toujours difficile à installer mais « c’est le devoir de l’Etat de dialoguer et d’aider » ajoutant que « l’avenir de l’enfant est au cœur de cette réforme» et que le gou­ver­ne­ment français veut la réussite de tous.

 

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.