Certains parents se mobilisent aussi contre la réforme des rythmes scolaires. Pour protester contre les nouveaux temps éducatifs, ils ont créé en février dernier un collectif qui bataille pour la remise à plat de la réforme. Composé d’une petite dizaine de personnes au départ, le mouvement a progressivement pris de l’ampleur et la page Facebook dédiée compte aujourd’hui plus de 35 000 membres.

Un collectif indépendant

Le collectif, qui revendique son indépendance vis-à-vis des syndicats et des associations, a notamment multiplié les actions au cours de la dernière semaine. Ce mercredi 13 novembre, ils ont par exemple appelé les parents à boycotter la classe en ne mettant pas leurs enfants à l’école. Et le lendemain, jour de grève des enseignants contre la réforme des rythmes, des parents d’élèves se sont mobilisés un peu partout en France.

La création du collectif est à l’initiative d’Elodie Berillac, mère d’élève de l’Oise. « Nous avions mis beaucoup d’espoir dans cette réforme mais nous nous sommes vite rendu compte que cela n’allait pas être possible », explique-t-elle dans l’Express. Des enseignants et animateurs ont également rejoint le mouvement, car ils « disent qu’on ne les écoute plus et que c’est désormais à nous, parents d’élèves, de monter au créneau », poursuit Elodie Berillac.

Le gilet jaune, symbole de prévention

Le collectif a pris le gilet jaune de sécurité automobile pour emblème car « à travers cette contestation, nous faisons de la prévention pour nos enfants », indique Elodie.

Jeudi, le ministre de l’Education nationale a pourtant réaffirmé qu’il n’y « aura pas de retour sur la réforme des rythmes sco­laires », alors que 23 % des professeurs des écoles étaient en grève contre la mesure, et 41 % à Paris.