Jean-François Copé entend recevoir, lors du Congrès des maires ce 19 novembre, plus de 400 élus de droite avant le discours du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, afin de préparer la protestation contre la réforme des rythmes scolaires.

« Je suis très mobilisé pour ce rendez-vous et serai au milieu des maires, qui sont très en colère », a déclaré le président de l’UMP, cité par le Monde. Il plaide pour « un report de la réforme » et estime qu’il faut « laisser le libre choix aux maires » pour la mise en place de la réforme des rythmes, que le ministre de l’Education souhaite voir appliquée partout en 2014. En effet, il juge cette réforme infinançable, en particulier pour les communes rurales. « Dans les villes, cela coûte entre 300 et 400 euros annuels par élève. Le montant dépasse les 500 euros dans les zones rurales », affirme-t-il, alors que l’Association des maires de France avait estimé le surcoût par enfant à environ 150 euros annuels début octobre.

Certains élus de droite envisageant de boycotter l’application de la réforme en 2014 se sont déjà rassemblés dans le Collectif des maires contre la réforme des rythmes sco­laires, comptant plus d’une cinquantaine de membres.