Rythmes : « certains ont pensé qu’on pouvait imposer aux enseignants des horaires ou des organisations » (Peillon)

Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a déploré lors d'une audition à l'Assemblée nationale que certains acteurs de la réforme des rythmes aient pensé "qu'on pouvait imposer aux enseignants des horaires ou des organisations" dans le cadre de la nouvelle semaine scolaire.

Auditionné mercredi à l’Assemblée nationale sur le projet de loi de finances 2014, Vincent Peillon a invité les élus à ne pas omettre « des discussions approfondies avec les enseignants » dans le cadre de la préparation au passage à la semaine de 4,5 jours à la rentrée 2014.

« Il faut parler avec les enseignants »

Le ministre de l’Education nationale a déploré que « certains [aient] pensé qu’on pouvait imposer aux enseignants des horaires ou des organisations ». Selon lui, « il faut parler avec les enseignants, écouter leur point de vue sur par exemple les pauses méridiennes« .

Concernant les activités périscolaires, Vincent Peillon a estimé qu’ils ne fallait pas les « surcharger », car « c’est du temps aussi pour se détendre et pour respirer ». Le ministre a toutefois souligné qu’il n’était « pas responsable » du temps périscolaire qui « relève de l’organisation des communes ». Il a donc invité « toutes les collectivités » à « mener une concertation entre le maire, les associations et les enseignants ».

Pour le ministre, il faut en effet « prendre le temps pour former les meilleurs projets éducatifs et concerter ». Interpellé sur un courrier des Dasen aux maires leur demandant de présenter leur organisation des nouveaux rythmes scolaires avant le 4 novembre, Vincent Peillon a indiqué qu’il disait « non à cette consigne ». « Pas de stress ! », a-t-il rassuré.

1er bilan de la réforme des rythmes en décembre

Le comité de suivi des rythmes scolaires rendra un 1er bilan « en décembre ». « Nous regarderons là où ça s’est bien passé et pourquoi, et puis là où ça s’est moins bien passé. Nous ferons en sorte que chacun bénéficie des bons exemples », a expliqué Vincent Peillon.

Source(s) :
  • AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.