Dans une tribune publiée hier, 31 maires PS réagissent à « la cascade de critiques » formulées ces derniers temps contre la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon. Selon les élus, « la réalité de [leurs]  communes ne correspond pas à la description qui en est faite ».

Ils estiment, entre autres, que vouloir tirer le bilan de la réforme après seulement un mois d’application « n’a pas de sens ». « Pourquoi dire que les enfants sont fatigués cette année alors que les enseignants eux-mêmes nous disent chaque début d’année scolaire que les enfants sont épuisés par la reprise après 2 longs mois d’arrêt ? » interrogent-ils notamment, appelant à ne pas faire « de cette réforme si fondamentale pour les enfants un sujet de polémiques pour les futures élections municipales« .

Les élus reconnaissent toutefois que « la recherche d’animateurs, d’associations, de bénévoles n’est pas toujours une chose aisée sur l’ensemble des territoires », et qu’ils ont besoin de « garanties sur les financements et leur pérennisation« . « Mais quand l’enjeu est l’intérêt de l’enfant, et qu’en plus cela fait consensus, nous avons le devoir impérieux de mettre en place cette réforme », estiment-ils.