Peillon accepte de « modifier plus vite les filières » si les entreprises le demandent

En visite dans l'un des premiers "campus des métiers et des qualifications", le ministre de l'Education nationale a fait savoir qu'il accepterait de "modifier plus vite [les] filières" et de "qualifier différemment" si les chefs d'entreprise le demandaient.

Si les entreprises demandent au ministère de l’Education « d’être capables de modifier [les] filières plus vite, de qualifier différemment, de mettre davantage de numérique dans la formation, nous le ferons », a indiqué lundi Vincent Peillon. Le ministre visitait en compagnie d’Arnaud Montebourg l’un des premiers « campus des métiers et des qualifications« , à Oyonnax-Bellignat dans l’Ain. Vincent Peillon a demandé « en retour […] aux chefs d’entreprises des stages pour [les] jeunes, et de développer l’alternance« .

Objectif « un campus des métiers par académie » d’ici un an

Les campus des métiers « regroupent des acteurs de la formation professionnelle autour d’une filière économique », et sont « construits autour d’un secteur d’activité d’excellence correspondant à un enjeu économique national ou régional soutenu par la collectivité et les entreprises », selon le ministère. 12 campus des métiers sont déjà labellisés, sur 17 dossiers reçus après l’appel à projet lancé au printemps 2013, et le décret définissant le label doit être présenté d’ici fin novembre aux instances de consultation.

Un 2e appel à projet sera lancé dans le courant de l’année scolaire. L’objectif de Vincent Peillon étant d' »essayer d’ici un an d’avoir un campus des métiers par académie ». « Au-delà on pourra en avoir davantage, a-t-il précisé. Nous allons autant que possible nous plier aux exigences d’Arnaud Montebourg, c’est-à-dire les mettre dans les filières d’avenir, dans l’intérêt des élèves ». Arnaud Montebourg a ajouté que « l’industrie française, avec les partenaires sociaux, a déjà défini 14 filières pour son organisation ».

Le Medef réclame des diplômes construits en fonction des besoins des entreprises

Alors que Vincent Peillon envisage de revoir les filières selon les exigences des entreprises, le Medef, qui a publié mardi un Pacte de l’alternance pour la jeunesse, estime quant à lui qu’actuellement, « les diplômes ne sont pas construits en fonction des besoins en compétences des entreprises, mais selon les contraintes de gestion internes à l’Éducation nationale« .

Le mouvement préconise donc, entre autres, de « construire des diplômes et des certifications correspondant aux besoins en compétences des entreprises », d' »assurer la cohérence des cycles des diplômes avec les contraintes de gestion des entreprises », ou encore de « garantir une carte des formations correspondants aux besoins en compétences des entreprises ».

Source(s) :
  • AEF

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.