Même pris en flagrant délit de triche, on peut obtenir son bac ! C’est du moins ce qui s’est passé en Poitou-Charente pour 2 élèves, qui ont validé leur examen malgré des fraudes avérées. Une situation qui indigne profondément leurs profs.

La première élève, surprise en train d’utiliser son smartphone en pleine épreuve, a reconnu la fraude et a signé le procès-verbal. « Et la réponse du rectorat, c’est : elle est coupable, mais elle n’est pas sanctionnée. Aujourd’hui, tout va bien pour elle, elle a le bac. Et ceux qui ne l’ont pas eu redoublent, et ils pleurent », a notamment déploré dans La Charente libre une enseignante de l’établissement, situé à Angoulême.

En signe de protestation, l’équipe enseignante envisage même d’organiser une « journée de  la triche« , durant laquelle les élèves seraient invités à frauder pendant les contrôles !

A Poitiers, cette fois-ci, une autre élève a été prise en flagrant délit durant l’épreuve d’histoire-géo, avec plusieurs feuilles de cours dissimulées sous ses brouillons. Elle a également obtenu son bac, mais a été privée de sa mention. Les professeurs ont là aussi réagi en envoyant une lettre au rectorat pour dénoncer cette sanction trop légère à leur goût. « Comment expliquer une telle situation aux candidats honnêtes et bacheliers en 2013 , […]à tous les futurs candidats, au personnel enseignant incité à une surveillance chaque année plus active ? » interrogeaient-ils.