Journée mondiale des enseignants à l’Unesco : « Il ne suffit pas de recruter des enseignants, il faut les former »

La célébration de la 19ème Journée mondiale des enseignants au siège parisien de l'Unesco a été l'occasion d'explorer les causes du manque d'enseignants qualifiés dans le monde.

Unesco vendredi 4 octobre World Teachers Day« Nous avons besoin de l’expérience des enseignants et de leur vision pour bâtir (…) un monde meilleur, une paix pérenne, et un développement durable », a affirmé vendredi dernier Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, à l’occasion de la 19ème Journée mondiale des enseignants.

La Journée mondiale des enseignants (ou World Teachers’ Day) est l’une des plus importantes célébrations de l’année pour l’Unesco, et l’occasion pour Irina Bokova de « réaffirmer son engagement total » envers les enseignants. Cette année, l’accent a été mis sur la pénurie d’enseignants qualifiés, et les efforts à fournir pour améliorer les systèmes éducatifs.

Les enseignants doivent être mieux formés

Beaucoup d’enseignants dans le monde n’arrivent pas à vivre de leur seul salaire de professeurs, rappelle le secrétaire général de l’Internationale de l’Education, Fred van Leeuwen, et doivent trouver d’autres boulots pour joindre les deux bouts. Cela nuit évidemment à la qualité de leur enseignement, comme le fait de devoir faire cours dans certains pays à des classes « de 70 ou 80 élèves ».

Un manque de considération et un salaire souvent bas expliquent en partie la pénurie « quantitative » en enseignants. Par exemple, il manque aujourd’hui plus d’un million et demi d’enseignants pour atteindre l’éducation primaire universelle d’ici 2015 (un des Objectifs du Millénaire des Nations Unies), et plus de 3 millions d’ici 2030, en majorité en Afrique subsaharienne. Mais « il ne suffit pas de recruter ces enseignants : il faut les préparer, les former, les valoriser« , observe Irina Bokova.

L’accès à l’éducation n’est donc pas le seul problème à considérer : « la moitié des enfants qui n’ont pas les connaissances de base ont pourtant passé au moins quatre ans à l’école », déplore Pauline Rose, directrice du Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous de l’Unesco, dont la prochaine édition, publiée en janvier 2014, sera centrée sur les enseignants.

La Journée des enseignants

La Journée mondiale des enseignant(e)s a lieu chaque année le 5 octobre. Elle commémore l’anniversaire de la signature, en 1966, de la Recommandation de l’UNESCO et de l’OIT concernant la condition du personnel enseignant, et célèbre le rôle essentiel que jouent les enseignants pour offrir une éducation de qualité à tous.

La princesse Firyal de Jordanie, ambassadrice de bonne volonté pour l’Unesco et invitée d’honneur de cette célébration, a rappelé que les enseignants « avaient mérité cette Journée par leur travail acharné et leur patience ».

Consulter les enseignants pour améliorer le système

Pour améliorer la formation des enseignants et l’efficacité du système éducatif, plusieurs intervenants suggèrent de consulter les enseignants et leurs syndicats. « Dans trop de pays du monde, [les enseignants] ne sont pas consultés sur les politiques éducatives qu’ils sont pourtant chargés d’appliquer », souligne Irina Bokova.

« Qu’est-ce qu’un enseignant bien formé ? » s’interroge Haldis Holst, secrétaire générale adjointe de l’Internationale de l’Education. Elle rappelle que de nombreux pays, dont la France, ont fixé le niveau d’études requis pour devenir enseignant à bac+5 : faut-il le généraliser ?

Gretchen Kalonji, sous-directrice générale pour les sciences exactes et naturelles à l’Unesco, propose que les enseignants soient davantage formés aux sciences et à l’ingénierie. « Même à l’école primaire », elle estime que ces deux domaines sont vitaux : la science pour comprendre « comment les choses fonctionnent », l’ingénierie pour « mettre en application ses connaissances et changer les choses ».

Cela permettrait d’apporter des solutions concrètes à des problèmes techniques locaux, comme l’approvisionnement en eau ou l’évacuation des déchets. Par ailleurs, elle note que si on oriente l’éducation sur « la résolution des problèmes » au lieu de « l’apprentissage des faits », on développe aussi la coopération entre les personnes.

Eduquer à la citoyenneté mondiale

Dans la société mondialisée actuelle, les enseignants doivent aussi former leurs élèves à devenir des citoyens du monde. Cela nécessite une formation et un enseignement adapté. Charles Gitau Mwaniki, représentant du ministère de l’Education du Kenya, présente son pays comme une référence en la matière : les programmes scolaires kenyans intègrent en effet « le développement durable, la paix, la justice sociale, la responsabilité, le respect de la diversité et la conscience internationale ».

Pour Charles Mwaniki, « les écoles ne doivent pas seulement apprendre à passer des examens mais aussi apprendre à apprendre, à être, à faire, à vivre avec les autres« . « Nous avons besoin des enseignants pour former les citoyens ouverts, curieux, tolérants dont le monde a besoin », appuie Irina Bokova.

Utak Chung, directeur du Centre Asie-Pacifique d’éducation pour la compréhension internationale, identifie cinq caractéristiques-clés pour qu’un enseignant soit compétent en éducation à la citoyenneté mondiale : ils doivent être des citoyens du monde eux-mêmes, pratiquer la recherche et la formation tout au long de la vie, s’impliquer dans la communauté scolaire, travailler en collaboration et développer l’interaction en classe.

« Unite4education », un site d’échanges de bonnes pratiques

L’Internationale de l’Education (IE) a lancé cette année le site Unite4Education.org. Ce site encore en développement permettra de suivre les évènements organisés dans le cadre de la campagne Unite for quality education (« unissez-vous pour une éducation de qualité »), et mettra à disposition des enseignants un espace communautaire où ils pourront témoigner et partager leur expertise (rubrique « Community »).

IE a également réalisé un documentaire sur les conditions d’exercice d’enseignants dans diverses régions du monde, intitulé A year in the life of a teacher (« une année dans la vie d’un enseignant »), qui sera prochainement diffusé en ligne. La fédération de l’Internationale de l’Education, ou Education International, représente 30 millions d’éducateurs et d’enseignants dans le monde, à travers 400 syndicats répartis dans plus de 170 pays.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.