baccalauréat

© AntonioDiaz – Fotolia

D’après l’économiste Son Thierry Ly, un élève qui se retrouve dans la même classe que ses copains de collège en seconde a moins de risques de redoubler qu’un élève isolé.

Chaque ami dans la même classe diminue de 1 point le risque de redoubler

Dans le cadre de sa thèse, Son Thierry Ly a suivi le cursus scolaire de 28 000 jeunes durant 4 ans, et est arrivé à la conclusion qu' »un élève qui compte des camarades de collège dans sa classe de 2de a moins de risques de redoubler son année que s’il y est tout seul ». Le jeune économiste a même observé un effet progressif, « au point que chaque ancien copain supplémentaire à côté de lui diminue de 1 point le risque de rater son année ».

Et la tendance est encore plus marquée chez les élèves fragiles scolairement, pour qui « chaque ancien camarade supplémentaire diminue même de 2 points le redoublement ».

Une donnée à considérer pour la composition des classes ?

Selon Son Thierry Ly, « le ministère de l’Education nationale est potentiellement intéressé pour prendre en compte cette variable dans la composition des classes et observer les conséquences sur le décrochage scolaire ». A l’heure actuelle, les proviseurs « n’utilisent généralement pas ce critère pour constituer leurs classes », déplore le jeune économiste, estimant qu' »en France, nous sous-estimons largement l’impact de la présence d’un ami près de soi au moment d’une rupture aussi importante que le passage en 2de ».

Selon lui, « ce serait une mesure gratuite qui permettrait d’abaisser sensiblement le risque de doublement à la fin de la seconde pour les élèves les plus fragilisés, de 27% à 21% selon [ses] estimations ».