Pour le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon, si les enfants revenus à la semaine de 4,5 jours sont fatigués, ce « n’est pas lié à la réforme des rythmes. C’est sans doute parce qu’elle a été mal comprise ou qu’il y a trop de pression » sur eux, a-t-il indiqué vendredi, en marge d’un déplacement à Toulouse.

« Nous sommes là pour relâcher le temps, pour faire que les enfants soient mieux. Une journée de 5h15 doit être moins fatigante qu’une journée de 6h », a-t-il déclaré à l’intention des parents d’élèves et des collectivités locales. Le ministre a estimé qu’il ne fallait pas tomber « dans la frénésie des activités périscolaires« . Selon lui, « si on ne confond pas temps scolaire et périscolaire, on comprendra que les 3/4 d’heure sont justement faits pour respirer, pour avoir du repos ».

Le secré­taire dépar­te­men­tal du Snuipp75 Jérôme Lambert avait dénoncé la semaine dernière les conséquences négatives de la réforme des rythmes scolaires sur les élèves de primaire, évoquant notamment des enfants « fati­gués, déso­rien­tés et inquiets dès qu’on évoque la sor­tie des classes ».