Plusieurs universités britanniques prestigieuses se sont associées pour proposer des cours en ligne ouverts à tous (« MOOCs », pour Massive open online courses, en anglais) via la plateforme « FutureLearn », propriété de l’Open University.

De la dentisterie à la physique des particules

Les universités de Glasgow, Reading, Cardiff, Nottingham ou encore le King’s College de Londres font partie des vingt universités partenaires. Les matières enseignées vont de la médecine (« découvrez la dentisterie ») à la programmation (« réalisez votre première application mobile »), en passant par l’histoire (« l’Angleterre du temps du roi Richard III ») et la physique des particules (« la découverte du boson de Higgs »).

Ces cours, dont la plupart débuteront début 2014, sont ouverts aux étudiants de tous pays. L’accès aux enseignements est gratuit sur inscription.

La première plateforme de MOOCs d’origine britannique

L’initiative FutureLearn a obtenu le soutien du gouvernement britannique. Le ministre délégué aux universités, David Willetts, a parlé d’un « développement excitant pour l’éducation » au Royaume-Uni. « J’encourage toutes nos institutions à explorer les opportunités offertes par les nouvelles technologies, telles que les MOOCs », a-t-il poursuivi.

C’est la première fois qu’une organisation britannique se lance sur le marché des MOOCs. Mais d’autres plateformes d’origine étrangères sont déjà implantées dans le pays, comme Coursera, qui propose des cours d’universités de pointe telles que Yale, Princeton et Colombia.