« Il faudrait intégrer le théâtre aux études de médecine »

Fin octobre, les 240 étudiants en 4e année de médecine à Montpellier suivront des cours de théâtre. Une initiative originale, dont l’objectif est de préparer ces futurs médecins à l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Explications avec le Pr Marc Ychou, cancérologue à l’origine du projet.

Etudiants en médecine en atelier théâtre

Etudiants en médecine en atelier théâtre

Quel est l’intérêt de dispenser des cours de théâtre à des étudiants en médecine ?

L’objectif n’est bien évidemment pas de faire des étudiants des acteurs mais plutôt de les préparer aux aspects essentiels qu’ils rencontreront ensuite dans leur pratique médicale. En l’occurrence, il s’agit de les former à l’annonce d’une mauvaise nouvelle, comme par exemple un diagnostic de cancer ou une récidive. Il faut qu’ils aient tous conscience de l’impact de l’annonce pour les patients et les familles. L’image qu’ils vont véhiculer à cet instant précis est au moins aussi importante que le contenu technique et scientifique derrière lequel beaucoup d’entre eux se protègent.

Les médecins sont-ils mal formés ?

Ils ne sont pas du tout formés aux relations humaines ! Depuis une trentaine d’années, on est passé à une médecine très scientifique. C’est heureux mais le revers de cette évolution est que la sélection ne se fait que sur le bachotage du volet scientifique. Une fois le concours de médecine réussi, les étudiants effectuent des stages pratiques et se forment par compagnonnage. Au bout du compte, la faculté d’un médecin à annoncer humainement une mauvaise nouvelle, dépendra de ses propres aptitudes et non de ce qu’il aura appris.

Faut-il repenser le contenu du concours de médecine ?

Le concours de première année  est fait pour sélectionner et non pour former. Néanmoins, très peu de médecins sont favorables aux critères de sélection actuels. Mais c’est un autre sujet et on ne peut pas agir facilement sur le contenu d’un concours national alors nous essayons d’améliorer la formation à notre niveau.

Comment s’organise cette formation théâtrale ?

La difficulté, c’est qu’un médecin doit trouver le juste milieu entre l’empathie et la distance clinique. Pour y parvenir, nous avons choisi de ne pas trop nous intéresser au processus psychologique de l’annonce, mais plutôt de nous concentrer sur le comportement et la posture du médecin. Sous le regard d’un metteur en scène, les 240 étudiants de 4e année (160 à Montpellier et 80 à Nîmes) devront se prêter à des jeux de rôle et à des mises en situation, à raison de quatre demi-journées qui débuteront le 21 octobre. Depuis 2006, une expérimentation similaire est déjà menée à Montpellier mais avec des médecins cancérologues déjà en exercice. Les résultats sont très concrets : cette formation les aide dans leur métier. Au Canada, le théâtre est déjà utilisé pour les études de médecine mais les consultations sont filmées et les exercices sont pratiqués individuellement. A Montpellier, nous insistons sur le travail d’acteur et le metteur en scène corrige au fur et à mesure les étudiants. Nous allons expérimenter cette formation pendant deux ans, puis nous réfléchirons à l’intégrer dans l’évaluation des étudiants.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.