Le ministre de l’Economie Pierre Moscovici a annoncé hier lors des journées parlementaires du Parti socialiste que l’avantage fiscal par enfant scolarisé dans le secondaire et le supérieur devrait être maintenu, contrairement aux précédentes déclarations du ministre délégué aux Relations avec le Parlement Alain Vidalies.

De 61 à 183 euros par enfant scolarisé

Ce dernier avait confirmé mercredi 11 septembre la suppression, au budget 2014, de la « niche fiscale » qui octroyait aux parents d’enfants scolarisés 61€ par enfant au collège, 153€ par enfant au lycée et 183€ par enfant étudiant.

Cet abattement fiscal concerne 3 millions de ménages, sa suppression aurait rapporté environ 450 millions d’économies. « Cet argent, on en a besoin pour financer ce qu’on fait pour les étudiants » en période de rentrée universitaire, en particulier l’attribution de bourses, s’était justifié Alain Vidalies.

Un leurre pour faire preuve d’écoute envers les députés ?

L’annonce de la suppression avait été vivement critiquée par les députés de la majorité, appelant le gouvernement à faire un geste pour le pouvoir d’achat. Mais certains parlementaires se demandent aujourd’hui si ce coup de rabot a réellement été envisagé, ou s’il s’agissait d’une manoeuvre pour que le gouvernement démontre sa bonne volonté. « Au final, je pense que tout ça était un leurre« , confie un député en marge des journées parlementaires qui se tiennent à Bordeaux.

Le projet de loi de Finances 2014 doit être présenté officiellement en conseil des ministres mercredi.