Raccourcissement des vacances d’été : les élèves ne s’en inquiètent pas !

Vincent Peillon réussira-t-il à faire accepter le raccourcissement des vacances d'été ? La difficulté de mettre tout le monde d'accord fait au moins un heureux : Boulard, qui ne tient pas à voir ses vacances réduites !

Raccourcissement des vacances d’été : les élèves ne s’en inquiètent pas !

Le projet de raccourcissement des vacances d’été souhaité par Vincent Peillon a-t-il été enterré ?

D’un côté, les projets de calendrier scolaire dévoilés cette semaine par le ministère de l’Education nationale poursuivent sur le rythme de 36 semaines de cours annuelles jusqu’en 2017 au moins. De l’autre, le ministère juge utile de préciser dans un com­mu­ni­qué que « des discussions s’ouvriront en 2015 quant à une évolution possible des rythmes scolaires annuels« . Dans tous les cas, la réduction des grandes vacances ne se fera pas dans l’immédiat.

Le raccourcissement des vacances a toujours été une question épineuse pour l’Education nationale, et Luc Chatel, à qui on avait aussi suggéré cette option, ne s’y était pas risqué. Il est en effet dur de mettre tout le monde d’accord. Les parents d’élèves ne sont en majorité pas opposés au raccourcissement, mais ne veulent pas d’un zonage. L’industrie du tourisme encourage à la fois raccourcissement et zonage. Les professeurs craignent l’impact sur leur temps de travail et sur l’organisation des examens de fin d’année, comme le baccalauréat.

Le statu quo devrait donc se prolonger, pour le plus grand plaisir des élèves qui conservent leurs huit semaines de congés d’été !

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.