Professeur

Professeur © coramax - Fotolia.com

Qu’est-ce qu’un MEEF ?

Il s’agit d’un diplôme national délivré après cinq années d’études post baccalauréat. Présenté comme la formation unique pour tous les enseignants au sein des ÉSPÉ, il répond aux exigences de tout diplôme de master créé par l’arrêté du 25 avril 2002

Il se décline en quatre mentions : « premier degré », pour les futurs professeurs des écoles ; « second degré » pour se préparer au métier de professeur au collège ou au lycée ; « encadrement éducatif » pour devenir conseiller principal d’éducation ; ou « pratiques et ingénierie de la formation » pour une carrière dans le secteur de la formation (hors concours de l’Education nationale).

Quelles différences avec les anciens masters portés par les IUFM ?

La place du volet professionnel est plus importante, en lien avec la modification du concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE). Le MEEF comprend un tronc commun censé doter les futurs enseignants d’une « culture commune », avec des enseignements axés sur la pratique professionnelle et des stages dans les établissements. Par ailleurs, le concours aura lieu en première année et non plus en deuxième année.

Qui enseigne au sein des MEEF ?

Les équipes pédagogiques sont pluri-catégorielles et l’on retrouve des professionnels de l’Education nationale, des formateurs des ex-IUFM et des enseignants-chercheurs. « Les personnels des ex-IUFM sont toujours personnels des universités », précise-t-on au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Quel est le contenu du MEEF ?

Selon le ministère de l’Education nationale, le cursus comprend :

– des enseignements communs à tous les étudiants en MEEF (méthodes de différenciation pédagogique et de soutien aux élèves en difficulté, connaissance du socle commun, conduite de classe…),

– des enseignements disciplinaires et de spécialité,

– des enseignements pratiques pour se familiariser aux situations et activités de classe,

– Des stages d’observation en première année et rémunérés à hauteur d’un temps plein en deuxième année.

Il est précisé que le numérique en classe occupe « une place majeure » dans la formation, tout comme la connaissance des langues vivantes étrangères.

Le MEEF est-il la voie « royale » pour devenir enseignant ?

« Le MEEF a vocation à être le lieu naturel de la formation des futurs enseignants », indique-t-on au ministère de l’Enseignement supérieur, « le MEEF est plus que conseillé en M1 : il propose des stages qui seront pris en compte dans le concours. Lequel a changé et n’est plus uniquement disciplinaire ». L’inscription en master MEEF est obligatoire pour ceux qui ont réussi le concours afin de bénéficier du statut de fonctionnaire stagiaire.

Peut-on entrer en M2 MEEF si on n’a pas obtenu le concours ?

Tout étudiant qui a validé sa première année de master a vocation à intégrer la deuxième année. « Toutefois, précise-t-on au ministère de l’Enseignement supérieur, s’il n’a pas eu le concours la première fois et si son projet professionnel est de le repasser, il intègrera un parcours spécifique où la période d’alternance sera plus réduite (il n’est pas fonctionnaire stagiaire) et il bénéficiera de modules d’approfondissement et d’une ouverture sur d’autres débouchés. » L’étudiant pourra alors repasser le concours durant cette deuxième année.

Est-il possible d’intégrer directement la 2e année de MEEF ?

« Dans l’absolu, on peut entrer directement en deuxième année de master mais il faut pour cela avoir validé une première année de master dans un domaine compatible et peut-être avec un parcours nécessitant d’acquérir les connaissances et compétences manquantes », explique-t-on au ministère. « Il n’y a donc aucune automaticité. Par exemple, il parait plus simple de passer d’un M1 de sciences de l’éducation à un M2 MEEF que de le faire depuis une deuxième année d’école de commerce ou d’ingénieur. »

Comment et jusqu’à quand s’inscrire ?

L’inscription en MEEF est en cours. Il n’y a pas de date nationale de clôture des inscriptions. Les candidats doivent se renseigner auprès des universités.