Rentrée 2013 : encore peu d’améliorations visibles pour les personnels (SE-Unsa)

Pour le syndicat SE-Unsa, qui donnait ce matin sa conférence de rentrée, la rupture marquée par la rentrée 2013 avec les 5 années précédentes est appréciable, mais les retombées de la politique de Peillon sont encore peu concrètes pour les personnels.

La rentrée 2013 est celle « de l’apaisement » pour Christian Chevalier. D’après le secrétaire général du SE-Unsa, qui donnait ce matin sa conférence de rentrée, cette première rentrée socialiste marque en effet une « rupture complète » avec les 5 années précédentes. Sur les moyens, la qualité du dialogue social, mais aussi sur la conception même de l’école et du système éducatif, avec, selon Christian Chevalier, le « desserrement de l’étau corporatiste ». Toutefois, les améliorations ne sont pas encore réellement perçues sur le terrain, d’où un certain manque d’enthousiasme des personnels.

Les conditions de travail et de salaire n’ont en effet pas réellement évolué, à part l’attribution d’une indemnité de 400 € annuels pour les professeurs des écoles, ce qui, selon Christian Chevalier, relève plus d’une « remise à niveau » avec les salaires de leurs collègues du 2nd degré. Et une grande partie des nouveaux postes créés cette année est absorbée par les Espé et la hausse de la démographie.

Des mesures concrètes pour les personnels

Mais cette année devraient s’ouvrir des chantiers permettant d’entrer dans le « concret des conditions de travail », a indiqué Christian Chevalier. 9 groupes de travail seront prochainement lancés par Peillon, pour discuter de l’évolution des différentes catégories de personnels. Ils travailleront notamment sur le dossier délicat des décrets de 1950. D’autres points de tension devraient être abordés, comme le nouveau collège, avec une probable remise à plat des grilles horaires ou la refonte des programmes du primaire. Le calendrier de ces discussions devrait être dévoilé dans une dizaine de jours, a affirmé Christian Chevalier. Le secrétaire général a également annoncé la tenue d’Assises locales pour la refonte de l’éducation prioritaire, qu’il juge nécessaire.

Enfin, Christian Chevalier a tenu à attirer l’attention sur la situation particulière des profs d’EPS, qui, malgré l’importance de la discipline qu’ils enseignent, ne sont pas des certifiés. Cette situation donne lieu à des injustices, puisque par exemple les heures supplémentaires des professeurs d’EPS sont bien moins rémunérées que celles de leurs collègues certifiés. Une action sera conduite par le SE-Unsa afin qu’ils soient intégrés dans le corps des certifiés, a souligné Christiant Chevalier.

Numérique et innovation pédagogique

Le secrétaire général est également revenu sur le numérique à l’école, porteur selon lui de formidables possibilités. Il  a souhaité que la liberté pédagogique soit davantage encouragée, avec plus de confiance accordée aux enseignants qui innovent. En effet, le système n’évoluera que si les acteurs de terrain ont la possibilité de s’approprier les changements, a-t-il jugé.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.