Ecologie : les humains ont déjà consommé les ressources naturelles produites pour l’année

Hier, mardi 20 août, les humains sont entrés en période de "dette écologique", c'est-à-dire qu'ils ont consommé la totalité des ressources naturelles que la planète peut produire en une année.

Ce mardi 20 août, l’humanité a épuisé le « budget écologique » annuel de la planète, c’est-à-dire qu’elle a consommé la totalité des ressources naturelles que la Terre peut produire en une année. A partir de ce jour, elle devra puiser dans les réserves de ressources naturelles, occasionnant un déficit écologique.

Depuis 2003, l’organisation Global Footprint Network calcule chaque année la date de ce « jour du dépassement« . Et cette date est de plus en plus précoce dans l’année, s’alarme l’organisation. Le 1er dépassement aurait eu lieu en 1970, selon les calculs de Global Footprint Network. En 2000, le dépassement a eu lieu le 8 octobre.

D’après Global Footprint Network, l’humanité vit « au dessus de [ses] moyens écologiques ». Il faut aujourd’hui « plus de 1,5 Terre pour répondre aux besoins d’une population humaine toujours croissante ». Le Japon et le Qatar notamment, contribuent à creuser la dette écologique mondiale : ils auraient respectivement besoin de 7,1 et 5,7 fois leur superficie pour répondre aux besoins de leurs populations. Les Français auraient besoin, quant à eux, d’1,6 France.

Source(s) :
  • lemonde.fr

1 commentaire sur "Ecologie : les humains ont déjà consommé les ressources naturelles produites pour l’année"

  1. Claudec  22 août 2013 à 9 h 03 min

    Les politiques économiques et sociales ; leurs aspects écologiques, migratoires, de l’emploi, de santé publique, de sécurité, etc. ne peuvent avoir de sens que si sont pris en compte les fondamentaux de la démographie mondiale et les problèmes (dont la pauvreté, la violence et les atteintes à l’environnement) qu’elle génère inexorablement.
    L’empreinte écologique de l’humanité ne résulte après tout que de ses prélèvement sur les ressources naturellement limitées de la terre. C’est le prix payé par la planète pour le développement incontrôlé de l’espèce la plus prédatrice de toutes, dorénavant mondialement en surnombre.
    En conséquence, le seul combat écologique – et humaniste – qui vaille consiste à limiter la population, pour la ramener à des dimensions compatibles avec son habitat. Le reste n’est que cautère sur une jambe de bois.
    Signe de la vanité et de l’insuffisance des mesures prises depuis que l’homme existe pour se guérir de ces plaies : leur cause première qu’est le nombre demeure superbement ignorée de la plupart des philanthropes, idéologues et experts en tous genres qui les étudient et prétendent les guérir. Aucun d’entre eux ne semble en effet prendre en considération deux réalités pourtant aussi avérées que fondamentales :
    1° – À l’aube de notre ère, la Terre était peuplée d’environ 250 millions d’êtres humains. Elle en compte plus de 7 milliards aujourd’hui, dont 1 milliard à 1 milliard et demi vivent dans un état de pauvreté profonde. L’homme et le progrès dont il est porteur ont ainsi créé, en 20 siècles, de 4 à 5 fois plus de miséreux qu’il n’y avait d’individus de toutes conditions sur terre au début de leur entreprise.
    2° – La population n’a cessé d’augmenter, à un rythme atteignant de nos jours,quotidiennement, les 220 à 250 000 âmes, qui viennent dans leur grande majorité surpeupler, par une effet purement mécanique, la base d’une pyramide sociale dans laquelle le « descenseur social » prend le pas sur l’ascenseur du même nom – démontrant, s’il en était besoin, que la pauvreté est plus facile à partager que la richesse.

    Pour approfondir cette réaction, voir :
    http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com
    Les articles et commentaires publiés sur ce blog sont accompagnés de schémas, à l’intention des visiteurs que décourage la lecture.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.