Régis Jaffart

© Christophe Charzat / tf1.fr

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le concept de PEP’S (Parents Elèves Profs) ?

PEP’S est une série courte, basée sur le même concept que Nos chers voisins. Chaque épisode est constitué de 5 ou 6 petits sketchs qui n’ont pas de lien particulier entre eux, avec des protagonistes qui reviennent régulièrement : élèves, parents et professeurs. La série dépeint les relations entre ces 3 sphères.

L’établissement regroupe école, collège et lycée, et je trouve cela assez intelligent d’avoir mélangé ces univers-là. Par exemple, moi j’incarne un professeur de maths/physique/chimie, donc je suis plus concerné par le secondaire, mais ma « rivalité » avec l’enseignante d’école primaire, que je considère comme une généraliste alors que je suis un spécialiste, est prétexte à rire.

A qui cette série s’adresse-t-elle ? Parents, enfants, profs ?

Je crois que tout le monde peut y trouver son compte ! En tant qu’élève, on peut reconnaître dans les personnages des enseignants à qui l’on a été confronté à l’école, par exemple un prof de sciences sadique comme celui que j’incarne.

Aux enseignants, la série rappellera des situations rencontrées dans l’exercice de leur métier. Elle se moque de tout le monde, mais en même temps, elle est suffisamment fine pour ne blesser personne. Ma compagne, qui m’a fait travailler les textes, est enseignante, et n’a jamais trouvé qu’il s’agissait de caricatures vulgaires.

Donc cette série est respectueuse de tout le monde, mais en même temps, elle balance !

Qui est Régis Jaffart, le personnage que vous incarnez ?

C’est un personnage qui m’est sympathique, mais ça ne veut pas dire qu’il l’est ! J’incarne un prof de sciences qui aime sa matière et trouve que c’est la plus importante de toutes. Je considère un peu mes collègues comme des je-m’en-foutistes, parce que pour moi, ma matière est plus sérieuse que la leur. Par exemple, je ne me gêne pas pour faire au professeur d’histoire-géo des remarques sur son travail, sa façon de fonctionner avec ses élèves, car il essaye toujours de se les mettre dans la poche au lieu de les faire travailler.

Moi je suis intraitable, y compris avec les autres enseignants et avec les parents. Je saque systématiquement les collègues, parents et élèves laxistes, mais en même temps je les aime bien parce que sans eux, je n’aurais personne à qui mener la vie dure !

Cela a-t-il été facile pour vous de vous glisser dans la peau de ce personnage un peu cruel ?

Ce n’est jamais facile, car c’est quand même assez éloigné de ce que je suis. Mais c’est toujours plus agréable de jouer les méchants que les gentils. Tant que l’on s’en libère en sortant du plateau, c’est parfait !

Vous êtes-vous inspiré de vos propres enseignants pour donner corps à Régis Jaffart ?

Non, car en définitif, je ne suis pas sûr d’avoir vraiment eu à me plaindre de mes enseignants. Les souvenirs que j’ai de mes profs de collège et lycée sont ceux de personnes exceptionnelles. Est-ce que Régis Jaffart aurait été pour moi quelqu’un d’exceptionnel ? Peut-être mais j’en doute ! Quoi qu’avec les élèves qui sont bons, qui travaillent, il est plutôt sympa !

Vous auriez aimé être ce genre de prof ?

Pas du tout ! (rires)

PEP’S (Parents Elèves Profs), à partir du 19 août, du lundi au vendredi à 20h45 sur TF1.