Notes du bac français : des parents d’élèves du privé dénoncent une « discrimination »

Etonnés par les résultats médiocres obtenus par une classe entière de terminale L d'un lycée privé d'Agen à l'oral du bac français, les parents des candidats vont adresser un courrier à Vincent Peillon et François Hollande. Selon eux, leurs enfants ont été victimes de "discrimination" de la part de l'examinateur.

Des parents d’élèves d’un lycée privé d’Agen vont adresser à François Hollande et Vincent Peillon un courrier dans lequel ils se plaignent des mauvais résultats obtenus par l’ensemble d’une classe de terminale L à l’oral du bac de français. Selon eux, leurs enfants ont été victimes d’une « discrimination » de la part de l’examinateur, liée à l’établissement dans lequel ils sont scolarisés.

Un seul élève obtient 10

« Sur les 21 élèves de la série L de la classe, un seul a obtenu 10 et il y a surtout eu des 6″, affirme ainsi un parent. Même la meilleure élève de la classe n’a apparemment obtenu que 5/20, alors qu’elle avait l’impression d’avoir « avoir fait une bonne analyse de texte ».

Les parents des candidats concernés estiment que leurs enfants ont été victimes d’une « discrimination » de l’examinateur. Une mère d’élève craint que cela soit lié à l’origine de l’établissement de son fils. « C’est un lycée privé et l’examinateur lui a demandé, comme à tous les autres candidats, dans quel établissement ils étudiaient », explique-t-elle. Des craintes confirmées par le fait que les candidats de la section S, qui ont eu un autre examinateur, ont obtenu, « à l’exception de trois d’entre eux », des notes « allant de 12 à 17 », souligne-t-elle.

Une « injustice flagrante » selon les parents

Les parents avaient déjà adressé il y a deux semaines, à titre individuel, un courrier au recteur de Bordeaux l’informant de la situation, resté sans réponse. En écrivant à François Hollande et Vincent Peillon, ils espèrent dénoncer cette « injustice claire et flagrante ». Mais savent que la révision de la note d’orale est impossible. « La seule possibilité que nous avons c’est qu’à l’issue de la terminale, la moyenne de leurs notes au bac soit rehaussée », espère la mère d’une élève concernée.

L’année dernière, des parents d’élèves du lycée privé Saint-Paul de La Ferté-Bernard, dans la Sarthe, avaient déjà évoqué un « saquage en règle » de leurs enfants lors de la notation de l’épreuve anticipée de français, se demandant si l’origine de l’établissement n’en était pas la cause. Après enquête, le rectorat de Nantes avait indiqué que l’épreuve et la correction avaient bénéficié d’une « organisation régulière » et que « l’analyse statistique des résultats ne laisse apparaître aucun caractère aberrant ».

Source(s) :
  • lepoint.fr, lechosarthois.fr

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.