Selon l’étude Student Reading Practices in Print and Electronic Media, menée auprès d’étudiants de l’Université de New-York, les jeunes préfèrent utiliser les textes imprimés plutôt que les manuels numériques ou sur tablettes pour les travaux académiques principaux. Nancy M. Foasberg, à l’origine de l’étude, explique que les étudiants interrogés, dont la majorité a moins de 25 ans, « ont indiqué qu’ils utilisaient les ordinateurs et les tablettes pour des travaux moins importants, mais lorsque les travaux sont sérieux et d’envergure ils impriment les textes ».

Les liens hypertextes, source de distraction

Plusieurs étudiants interrogés indiquent en effet être « frustrés » de ne pouvoir « interagir » avec un manuel électronique de la même manière qu’avec un manuel papier. De plus, ils estiment être plus concentrés lors de la lecture d’un texte imprimé, car les liens hypertextes en abondance dans les textes numériques altèrent leur attention. « C’est comme si, pendant que vous lisiez, une petite main se levait et disait ‘tu dois cliquer sur moi et je peux te conduire n’importe où !’ explique un étudiant. Et là où vous arrivez, oh, quelque chose d’intéressant qui vous conduira à un 3e endroit. Et puis vous réalisez que c’est l’heure d’aller en classe et que vous n’avez pas terminé votre lecture initiale. »

Des étudiants éduqués tardivement aux textes numériques

L’auteur précise que les étudiants de la génération suivante seront davantage à l’aise avec les textes numériques, car ils y auront été confrontés plus tôt. En effet, une étudiante interrogée explique n’avoir intégré que tardivement les manuels numériques dans ses pratiques de lecture. « Au lycée tout le monde utilisait encore les manuels scolaires traditionnels. C’est lorsque j’ai mis les pieds à l’université que les pratiques ont commencé à changer », explique-t-elle.

La généralisation de ces conclusions à toute une génération est toutefois délicate, car l’étude de Nancy M. Foasberg n’a porté que sur un échantillon très restreint de 17 étudiants.