Les jurys des CAPES 2012 de philosophie et d’espagnol dénonçaient déjà dans leurs rapports le niveau préoccupant des candidats au concours, indique EducPros.

Le rapport de jury du CAPES d’espagnol indiquait par exemple qu' »hormis quelques prestations très brillantes, le niveau de langue général des candidats a semblé préoccupant au jury », la langue espagnole restant « imprécise et artificielle », quand elle n’était pas « vraiment martyrisée ». Cette année-là, le seuil d’admissibilité avait été fixé à 5,38/20, et le seuil d’admission à 7,38/20.

En philosophie, les seuils d’admissibilité et d’admission avaient été fixés à 11/20, mais le rapport de jury fait état de « nombre de copies » qui « se disqualifient elles-mêmes, soit d’être rédigées dans une langue mal maîtrisée […], soit de se présenter comme des brouillons […], livrant ainsi d’indéchiffrables palimpsestes ».

Et la situation n’était pas meilleure pour les autres CAPES : en lettres modernes, la même année, les seuils d’admissibilité et d’admission ne dépassaient respectivement pas 6 et 7,25/20. En histoire-géographie, la barre avait été placée à 6/20 pour l’admissibilité et 8,83/20 pour l’admission. Enfin, en SES, l’admissibilité était fixée à 6,5/20 et l’admission à 7,63/20.