Dans une interview publiée aujourd’hui sur Mediapart, Vincent Peillon envisage de revoir le temps de service des enseignants, en prenant notamment en compte « les conditions d’exercice ».

Pas d’augmentation du temps de travail

Le ministre de l’Education nationale souligne que « revoir le temps de service […] ne veut pas dire augmenter le temps de travail« . En effet, « aujourd’hui on entend souvent qu’un professeur certifié, par exemple, travaille 18 heures par semaine », alors que « leur travail ne se réduit pas aux heures de cours« , déplore-t-il.

Il souhaite donc « redonner de la considération à tout ce qui fait la complexité et la richesse » du métier d’enseignants : « le travail en équipe, les relations avec les parents, le suivi des élèves, les différents conseils, la préparation des cours, les corrections et tant d’autres choses ».

Considération des conditions d’exercice

Le ministre évoque également une piste pour les professeurs travaillant en établissement sensible. Estimant qu’il faut « aussi prendre en compte les conditions d’exercice », il indique que l’on pourrait « par exemple, imaginer des heures de décharge pour les professeurs qui travaillent dans des collèges très difficiles et qui ont besoin de davantage de temps de concertation pour mener des projets ».

Un groupe de travail se penchera dès la rentrée 2013 sur la question de la réforme du statut des enseignants, et en particulier sur la définition du temps de service inscrite dans les décrets de 1950.