« Les sujets étaient soit trop durs (les milieux naturels) soit trop précis (l’Afrique du Sud) soit infaisables sans paraphrase (étude de documents sur l’Union Européenne dans la mondialisation) soit hyper faciles, frisant le ridicule (étude de documents histoire Première S). »

Un enseignant interrogé par Le Monde, à propos des sujets d’histoire-géographie au bac 2013.

Un collectif d’enseignants demande une refonte des épreuves

Le collectif d’enseignants « Aggiornamento histoire-géo » dénonce pour sa part « des programmes insensés, des évaluations assassines« . Pour les membres du collectif, « l’épreuve anticipée d’histoire-géographie en S, tout comme les premiers sujets de terminale L–ES tombés à l’étranger, montrent précisément ce qu’il ne faut pas faire : centrer sur une restitution presque ânonnante de connaissances en négligeant la capacité du candidat à produire un raisonnement à partir d’outils et de savoirs maîtrisés. » Ils estiment qu’il est temps de « (re)penser collectivement les programmes du lycée comme les épreuves du bac ».

Consulter les sujets et corrigés de l’épreuve d’histoire-géographie.