La communication de Peillon coûte moins que celle de Chatel

Vincent Peillon a beaucoup investi en campagnes de communication en 2012, mais les dépenses de communication du ministère de l'Education nationale sont moins élevées que du temps de son prédécesseur, Luc Chatel.

Selon des documents budgétaires que L’Express a pu consulter, les dépenses de communication du MEN pour l’année 2012 (hors personnel) s’élèvent à 4,9 millions d’euros, contre 6,2 millions d’euros en 2011 sous le ministre Luc Chatel.

Les campagnes de communication ont notamment coûté 1,49 million d’euros au nouveau ministre : la campagne de la « grande concertation » a nécessité 270.000 euros, celle contre le harcèlement à l’école 340.000 euros, la campagne de recrutement d’enseignants 280.000 euros, et celle sur le handicap à l’école, 510.000 euros.

Enseigner ou « en saigner » ?

La campagne de recrutement des enseignants de 2012 avait donné lieu à de nombreux détournements, comme la campagne parodique « Ambition en saigner » lancée par Loys Bonod.

La campagne 2011 de recrutement avait, elle, été critiquée pour son message sexiste.

Par ailleurs, 9 sondages ont été commandés en 2012 (pour un total de 440.000 euros), soit deux fois moins que sous Luc Chatel, qui avait commandé 22 sondages en 2011.

Selon un rapport de la Cour des comptes de novembre 2011, les dépenses de communication déclarées du ministère de l’Education nationale ont été « relativement stables » entre 2006 et 2010 – tandis que le budget com’ du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a augmenté de 122% sur la même période.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.