Disparition de Tom Sharpe

Le truculent auteur britannique laisse derrière lui une fameuse série de romans, autour du personnage d'Henry Wilt, prof vraiment déjanté.

L’écrivain britannique Tom Sharpe est décédé il y a un mois, vient d’annoncer sa maison d’édition. Il a succombé aux suites de son diabète.

Tom Sharpe laisse 16 romans à l’humour particulièrement décapant et sarcastique. Parmi eux, « Le gang des mégères inapprivoisées« , « Comment échapper à sa femme et ses quadruplés en épousant une théorie marxiste », « Comment se débarrasser d’un crocodile, de terroristes et d’une jeune fille au pair » et le dernier, publié en avril 2012 « Comment enseigner l’histoire à un ado dégénéré en repoussant les assauts d’une nymphomane alcoolique ». Tous ses romans s’articulant bien sûr toujours autour du fameux  personnage phare de ses romans, Henry Wilt : « flanqué d’insupportables quadruplées, ce prof de province est une sorte de Tartarin gaffeur, qui partage son temps entre le pub du coin, les emmerdements conjugaux et le bahut où il pérore devant des demeurés tout en rêvant d’aller se réfugier entre les bras de sa dulcinée – une poupée gonflable particulièrement attachante », pour reprendre la description de L’Express.

« Mes livres ont quelque chose à voir avec les ordures »

Dans le portrait que L’Express lui avait consacré en 2010, Tom Sharpe déclarait au sujet de ses livres : « Je ne m’attends pas à ce que mes livres soient lus dans cent ans. Ils ont été écrits à un certain moment. Il se trouve qu’ils font rire les gens encore aujourd’hui. »

Il allait même jusqu’à dire dans le journal El Pais, cité par Le Monde : « Cela peut vous étonner, mais je continue à penser que mes livres ont quelque chose à voir avec des ordures ».

Un petit extrait de « Comment enseigner l’histoire à un ado dégénéré en repoussant les assauts d’une nymphomane alcoolique » ? (Source L’Express)

« Son moral chuta d’un cran supplémentaire à l’évocation de ses filles, quatre copies conformes de leur abominable mère, aussi vociférantes et autoritaires qu’elle. En fait, encore plus vociférantes et autoritaires qu’Eva, puisque multipliées par quatre. Toujours à se disputer et se bagarrer, elles étaient pour beaucoup dans son manque d’ambition. »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.