« Les SES doivent devenir le passage obligé en Seconde ! »

L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) vient d’adresser une lettre ouverte au ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, pour que les SES deviennent obligatoires en Seconde. Entretien avec Erwan Le Nader, vice-président de l’APSES et professeur de SES à Créteil.

Erwan Le Nader

Erwan Le Nader

Pour quelles raisons demandez-vous que les SES deviennent obligatoires en classe de Seconde ?

Notre démarche a une visée essentiellement culturelle et citoyenne. Nous considérons qu’intégrer les SES aux enseignements de tronc commun est une nécessité afin que les élèves développent leur citoyenneté et qu’ils puissent trouver des réponses à leurs interrogations sur la société. La compétitivité des entreprises, le chômage, mais aussi la question de la parentalité : grâce à l’économie et à la sociologie, on peut aider les élèves à mieux comprendre l’actualité. Ce qui n’est aujourd’hui qu’un enseignement d’exploration, choisi par près de 85% des élèves, doit donc devenir un passage obligé en classe de Seconde. A terme, nous sommes favorables à ce que les SES soient également accessibles en option dans les séries littéraire et scientifique en Première et en Terminale.

Quelles conditions doivent être réunies pour que les SES aient la place qu’elles méritent ?

Nous demandons une revalorisation de cet enseignement. Aujourd’hui, les élèves de Seconde qui choisissent l’option SES n’ont que 90 minutes de cours par semaine, en classe entière et rarement en petits groupes. Il nous faut un minimum de 2h d’enseignement hebdomadaire car la relation pédagogique et l’ancrage des apprentissages demandent du temps. De plus, si on ne veut pas tomber dans le cours magistral, il est crucial d’avoir un moment pour mettre en œuvre ses connaissances en petit groupe. Il est par exemple possible de lancer une petite enquête sociologique, de manipuler des données statistiques sur ordinateur, ou encore de synthétiser un article de presse sur l’actualité. La situation depuis la réforme du lycée n’est pas satisfaisante : chaque établissement décide individuellement du dédoublement des classes. Comme les autres disciplines dans les faits, les SES doivent pouvoir bénéficier d’une heure par semaine de dédoublement.

L’association des profs d’économie et de gestion est vent debout contre votre demande qui, selon elle, reviendrait à supprimer l’enseignement des PEFG (principes fondamentaux d’économie et gestion). Qu’en pensez-vous ?

Il s’agit d’une erreur d’analyse de leur part. Nous ne proposons en aucun cas de supprimer l’enseignement des PEFG. Actuellement, les élèves de Seconde peuvent cumuler les options SES et PEFG. Ils pourront continuer à suivre cet enseignement même si les SES deviennent obligatoires.

En France, le monde de l’entreprise suscite une certaine méfiance. Votre demande a-t-elle aussi pour objectif de doter les lycéens d’une plus grande culture de l’entreprise ?

Notre objectif est avant tout que les élèves connaissent mieux le monde dans lequel ils vivent et donc naturellement les entreprises. Notre but n’est pas de leur faire aimer ou détester l’entreprise mais déjà de leur faire comprendre comment elle fonctionne. Si tous les lycéens pouvaient bénéficier d’une meilleure culture économique et sociale, ce serait donc assurément un progrès.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.