Cours en anglais à la fac : « les examens se passeront en français » (F. Hollande)

François Hollande a indiqué hier, lors d'une conférence de presse à l'Elysée, que malgré l'utilisation de l'anglais dans les cours à l'université française, les examens se passeront toujours en français.

Le président de la République François Hollande donnait hier une grande conférence de presse à l’Elysée, au cours de laquelle il est revenu sur la question de l’enseignement en langue anglaise à l’université en France, qui fait actuellement polémique dans le monde universitaire.

Les examens à l’université seront « en français »

Le président a rappelé que le projet de loi ESR avait pour ambition « de doter nos struc­tures uni­ver­si­taires de davan­tage de moyens d’attractivité, d’être mieux recon­nus au plan inter­na­tio­nal ». Ce qui « n’empêche pas de faire venir des étudiants étran­gers, par­fois même avec un ensei­gne­ment de la langue anglaise qui leur est des­tiné ». Cependant, « les exa­mens se pas­se­ront en fran­çais pour que nul ne s’inquiète », a-t-il assuré.

Une polémique sur l’utilisation de l’anglais dans les cours d’université française agite actuellement le monde universitaire et scientifique. Elle fait suite à l’inscription dans le projet de loi ESR d’un article étendant les exceptions à la loi Toubon stipulant que le français doit être « la langue de l’enseignement ». L’article autorise notamment l’utilisation de l’anglais à l’université française dans le cas d’un accord avec une ins­ti­tu­tion étran­gère. Mardi, les députés ont légèrement modifié l’article incriminé lors de l’examen du texte en commission à l’Assemblée.

Lutte contre le décrochage scolaire

Au cours de cette même conférence de presse, François Hollande a indiqué que « le pro­jet de loi de l’enseignement supé­rieur a pour ambi­tion de por­ter 50% d’une classe d’âge au niveau d’un diplôme du supé­rieur ».

Soulignant sa volonté de « mieux former les jeunes », il a également réaffirmé son ambition de réduire de moitié, d’ici la fin du quinquennat, « la pro­por­tion des élèves qui sortent du sys­tème sco­laire sans qua­li­fi­ca­tion », demandant « là aussi à être jugé sur ce résul­tat ». Il a rappelé que « pour la pre­mière fois depuis 2007, les élèves auront plus de pro­fes­seurs en face d’eux que l’année pré­cé­dente » à la rentrée 2013, des enseignants mieux préparés grâce au rétablissement de la formation. Pour François Hollande, cela marque « la fin de cette situa­tion invrai­sem­blable où l’on consi­dé­rait que le métier d’enseignant était le seul qui ne s’apprenait pas ».

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.